Opération de police sur le respect du port du masque à la station de métro Vieux-Lyon le 3 septembre 2020 @Anthony Faure

Port obligatoire du masque à Lyon : le premier bilan

Depuis ce mardi 1er septembre, le port du masque est désormais obligatoire dans toutes les rues de Lyon et de Villeurbanne. Le virus circule activement dans les deux villes. Comment cette obligation est-elle respectée à Lyon ? Le premier bilan.

En se baladant dans les rues de Lyon, un constat. Les masques sont nombreux. De partout. Bien portés, la plupart du temps. Mais aussi dans le cou. Dans les mains. Ils ne couvrent pas toujours la bouche et le nez.

Depuis le mardi 1er septembre, le port du masque est désormais obligatoire dans toutes les rues de Lyon et de Villeurbanne. Le virus circule activement dans les deux villes depuis quelques jours. Le nombre de cas positifs de covid-19 a explosé dans le département du Rhône ces derniers jours.

De la pédagogie jusqu'ici, place désormais aux verbalisations

"Dans la grande majorité des cas, à Lyon et à Villeurbanne, nos concitoyens respectent l'obligation du port du masque. On a pu le constater ce jeudi dans le métro. La grande majorité d'entre eux portent le masque, certains ne le portent pas toujours d'une façon appropriée, et les forces de l'ordre dans ces cas-là procèdent à un rappel sur l'obligation de couvrir l'intégralité du visage", explique Benoît Rochas, sous-préfet en charge du Rhône Sud.

L'obligation de porter le masque dans toutes les rues de Lyon est en vigueur depuis mardi. Ces deux premiers jours, les forces de l'ordre ont procédé à des opérations de rappel surtout à visée pédagogique.

Les contrôles vont s'intensifier dans les zones à forte affluence

Désormais, depuis ce jeudi 3 septembre, les verbalisations sont plus nombreuses. "De matière plus nette désormais, les forces de l'ordre, quand elles constatent une absence complète de masque, procèdent à des verbalisations. Ces verbalisations auront un caractère de plus en plus systématique dans les jours à venir", poursuit le sous-préfet.

Les contrôles vont se poursuivre dans les jours à venir. Ils vont s'intensifier. Notamment dans les zones de la ville à forte affluence. "Il ne s'agit pas d'embêter nos concitoyens, il s'agit de freiner la circulation du virus et de protéger les plus faciles", assure Benoît Rochas.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut