Capture Twitter @RemiZinck

Lyon : qui était le maire révolutionnaire dont le buste a été retrouvé à la Croix-Rousse?

À l'été 2021, Rémi Zinck, maire de Lyon 4e, trouve un mystérieux buste dans les réserves de la mairie. Identifiée depuis comme une représentation d'un ancien maire révolutionnaire, l'œuvre sera bientôt exposée au musée des Beaux-Arts.

Un buste inconnu et oublié. Retrouvée à l'été 2021 dans la réserve de la mairie du 4e arrondissement de Lyon par Rémi Zinck, maire de la Croix-Rousse, l'œuvre n'avait alors pas révélé tous ses secrets. Le maire avait même lancé un appel sur Twitter pour identifier l'objet. C'est alors que le musée des Beaux-Arts de Lyon avait levé le mystère.

Un politique révolutionnaire

Représentation sculptée d'Antoine-Marie Bertrand, le buste met à l'honneur un personnage qui tient une place importante dans l'histoire de la révolution lyonnaise. Né en 1754 à Lyon, l'homme vient d'une famille de négociants en soie. C'est à partir de 1792 qu'il fait son entrée en politique. Il est d'abord élu capitaine de la Garde nationale, puis adjoint-général, et enfin officier municipal.

Partisan de Joseph Chalier

Rapidement, il devient l'un des principaux partisans de Joseph Chalier, un homme politique révolutionnaire qui mène de nombreuses actions publiques contre la municipalité de l'époque. Ces révoltes aboutissent à une crise municipale et des élections anticipées.

C'est là qu'Antoine-Marie Bertrand est élu maire, en 1793. Il met alors en place une " politique de jacobinisation qui vise à imposer les riches et à créer une armée révolutionnaire, contraire au tempérament modéré de la ville ", indique le Dictionnaire historique de Lyon.


" La mémoire lyonnaise est muette sur ce personnage qui a participé à l'accouchement identitaire de Lyon aux côtés de Chalier, qui, lui, occupe tout l'espace mémoriel extrémiste de l'histoire lyonnaise . "

Dictionnaire historique de Lyon


Arrêté et fusillé à Paris

La municipalité d'Antoine-Marie Bertrand est renversée quelques mois après sa prise d'exercice. L'homme est emprisonné plusieurs mois avant d'être libéré lorsque ses camarades politiques prennent la ville. Il redevient alors maire jusqu'en août 1794. Rapidement, il est renvoyé en prison. Il y restera une année entière avant d'être libéré et de quitter Lyon pour Paris.

Là-bas, il tente d’attirer l’attention du gouvernement sur ce qu'il se passe à Lyon. Mais, en octobre 1796, après l’attaque du camp de Grenelle, il est arrêté et condamné à mort avant d'être fusillé.

" La mémoire lyonnaise muette sur ce personnage "

" La mémoire lyonnaise est muette sur ce personnage qui a participé à l'accouchement identitaire de Lyon aux côtés de Chalier, qui, lui, occupe tout l'espace mémoriel extrémiste de l'histoire lyonnaise ", peut-on lire dans le Dictionnaire historique de Lyon.

Joseph Chalier, lui, a eu un destin tout aussi tragique que son partisan. Il a été guillotiné, place des Terreaux, en juillet 1793, après un procès contre ses actions politiques, jugées trop extrêmes.

Le buste transféré au musée des Beaux-Arts

Le buste retrouvé dans la mairie du 4e appartenait au musée des Beaux-Arts de Lyon, qui a proposé de reprendre l'œuvre dans ses réserves. Ce transfert aura lieu le 2 juin prochain. Un déménagement qui s'annonce délicat, le buste pesant près de deux cents kilogrammes.

Avant de quitter la mairie du 4e, l'œuvre d'art sera exposée au public à 10h30 dans la salle des mariages. Rémi Zinck fera une courte allocution pour saluer le départ du buste, qui dès 11h, sera transférer au musée des Beaux-Arts.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut