© Antoine Merlet / Simulation Lyon Capitale

Lyon : fin de la concertation sur le téléphérique ce mardi, un projet à bout de souffle

La concertation sur le projet de téléphérique entre Francheville et Lyon se termine ce mardi 15 février. Après trois mois de débats. Un projet, porté par le Sytral, de plus en plus dans l'impasse. Il devrait être abandonné au printemps 2022.

Sauf retournement de situation, le projet de téléphérique entre Francheville et Lyon (passant par les communes de Sainte-Foy-lès-Lyon et de La Mulatière) va être abandonné au printemps par le Sytral, le porteur du projet.

Quatre fuseaux étaient notamment soumis à la concertation, à retrouver ci-dessous :

Les 4 tracés soumis à la concertation du projet de transport par câble entre Francheville et Lyon

La concertation se termine ce mardi 15 février. Elle a duré trois mois. Plusieurs réunions publiques ont eu lieu en visioconférence et un atelier-débat a également été organisé en janvier à Francheville. Lyon Cap' a assisté à plusieurs de ces réunions publiques et le constat est implacable : la population, notamment de l'ouest lyonnais, est massivement contre le projet.

La population est massivement contre le projet

Un projet brinquebalant depuis des mois, depuis son annonce par le Sytral en décembre 2020, et très largement rejeté par les populations de Sainte-Foy-lès-Lyon et de La Mulatière lors de référendums consultatifs fin novembre 2021. A Sainte-Foy, 96,2 % des Fidésiens ont vote "contre" le projet de référendum (avec une participation de 43 %). 6352 Fidésiens ont voté contre ce projet, 252 seulement pour. A La Mulatière, le résultat est également clair et net. 94,2 % de "non" au téléphérique (avec une participation de 30%).

Le maire de Francheville a lâché le Sytral

Peu de surprises pendant la concertation au final. Si ce n'est le changement de position du maire de Francheville, Michel Rantonnet, historiquement favorable au projet. Le maire de Francheville, le seul maire de l'ouest lyonnais favorable au projet, a finalement lâché le Sytral début février, estimant que les "conditions ne sont pas réunies pour le transport par câble", fustigeant une "pédagogie exécrable" du Sytral présidé par l'écologiste Bruno Bernard, également président de la Métropole de Lyon.

"Depuis 1 an, j’ai écouté le débat public et les craintes des habitants des territoires concernés par le projet de transport par câble. Il est aujourd’hui venu le temps pour moi d’en tirer toutes les conclusions et d’analyser le projet dans sa globalité. Les habitants de l’Ouest lyonnais sont clairement contre ce projet de transport par câble", explique notamment Michel Rantonnet. "Avec une pédagogie exécrable et une consultation bien tardive, les écologistes ont réussi à tuer une alternative de mobilité innovante, tout en gaspillant l’argent public des métropolitains", tance-t-il, lui qui défendait jusqu'alors ce projet.

Certains élus écologistes n'y croient plus

Comme nous vous l'expliquions dès mi-janvier, certains élus écologistes lyonnais comme grands-lyonnais - certains pour ne pas dire nombres - ne croient plus à ce projet non plus. Jean-Charles Kohlhaas, vice-président de la Métropole de Lyon en charge des déplacements, qui pilote ce projet au Sytral, a quant à lui dès le mois de janvier clairement ouvert la porte à un abandon du projet lors de la réunion publique consacrée à la commune de Sainte-Foy, la commune où les contraintes d'insertion sont les plus impactantes et où la population et la mairie sont le plus farouchement opposées au projet.

"Les craintes exprimées par les citoyens, les associations, ce soir, mais aussi dans les contributions et dans les interventions sur le site du Sytral ont été entendues", avait expliqué en conclusion de la réunion publique Jean-Charles Kohlhaas, vice-président du Sytral."La mobilisation massive lors du référendum ne pourra pas être passée sous silence. C'est une évidence. Cette mobilisation massive, notamment à Sainte-Foy-lès-Lyon. On les prendra en compte, avait-il ajouté. Je veux vous rassurer, le projet ne se fera pas contre les élus, les associations, les habitants des territoires concernés".

C'est désormais plus qu'une question de semaines. De respect de la concertation, des garants, du calendrier. Mais de suspense, il n'y en a plus. La décision va être prise par le nouveau conseil d'administration du Sytral, installé dans la polémique début janvier (Lyon Cap' vous a largement relaté les derniers évènements ICI) en mai 2022. La décision donc, sauf retournement de situation, d'abandonner le projet.

Lire aussi : Cacophonie à la Métropole de Lyon, débats houleux après une proposition controversée de Bruno Bernard sur le futur Sytral

---

POUR ALLER PLUS LOIN

Retrouvez en intégralité le débat d'une heure organisé par Lyon Capitale fin novembre 2021 sur ce projet de téléphérique entre Véronique Sarselli, maire de Sainte-Foy-lès-Lyon, opposée au projet, et Jean-Charles Kohlhaas, le vice-président du Sytral et de la Métropole de Lyon, qui pilote ce projet au Sytral.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut