Laurent Wauquiez © AFP

Laurent Wauquiez laisse filer la présidence des Républicains pour viser plus haut

Le président sortant des Républicains, Christian Jacob, avait fait du président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes son favori pour prendre les rênes du parti, il n’en sera rien. Laurent Wauquiez a annoncé renoncer à briguer la présidence des Républicains, mais se positionne déjà pour la prochaine élection présidentielle. 

Mi-mai, quelques semaines après avoir annoncé qu’il ne serait pas candidat à sa propre succession, le président des Républicains, Christian Jacob, avait brièvement évoqué la suite pour le parti de droite. Alors que les noms d’Éric Ciotti, Rachida Dati, Bruno Retailleau ou David Linsard circulaient, celui qui était à la tête du parti depuis trois ans confiait à France Info son attachement au profil du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il expliquait alors : "les qualités de Laurent Wauquiez ne sont plus à démontrer", "il a montré dans sa région toute la solidité qui est la sienne. Il a toutes les qualités et la stature". 


"Aujourd'hui, après avoir beaucoup réfléchi, j'ai décidé de ne pas être candidat à la présidence des Républicains", Laurent Wauquiez, président LR de la Région Auvergne-Rhône-Alpes


Les échéances électorales étant terminées, l’intéressé a décidé de clarifier sa position dimanche 17 juillet en publiant un long texte sur Facebook où il écarte cette possibilité. "Aujourd'hui, après avoir beaucoup réfléchi, j'ai décidé de ne pas être candidat à la présidence des Républicains", a annoncé l'ancien ministre des gouvernements Fillon. Par la suite, le texte publié par l’élu LR prend toutefois de faux-airs de déclaration de candidature à l’Elysée à cinq ans du prochain scrutin présidentiel. 

Des ambitions présidentielles pour 2027

"Ce choix, je le fais parce que je crois qu'il faut consacrer toute son énergie à cette refondation à laquelle aspire notre pays. Une telle exigence ne supporte aucune dispersion. Il faut s'y donner totalement; il faut prendre de la distance avec le combat politicien", ajoute celui qui a dirigé le parti de droite de 2017 à 2019. "L'alternative que nous devons construire doit dépasser les questions d'appareils. J'ai la conviction que c'est le seul chemin qui permettra d'être au rendez-vous du grand choix démocratique de 2027. Il s'agit, ni plus ni moins, que de construire un changement de même nature que celui de 1958", poursuit Laurent Wauquiez en insistant sur le fait que "le sujet n'est ni Emmanuel Macron, ni Marine le Pen, le sujet c'est l’après".


"L'alternative que nous devons construire doit dépasser les questions d'appareils. J'ai la conviction que c'est le seul chemin qui permettra d'être au rendez-vous du grand choix démocratique de 2027", Laurent Wauquiez, président LR de la Région Auvergne-Rhône-Alpes


Un message partagé et salué par des élus locaux et conseillers régionaux, comme le maire du 2e arrondissement, Pierre Oliver, ou celui de Bron, Jérémie Bréaud, qui a salué  ce "choix de responsabilité et en tant que Français je ressens beaucoup d'espoir pour mon pays et 2027 avec cette déclaration d'Homme d’État". 

La décision de l’élu de 47 ans, qui a fait de la région Auvergne-Rhône-Alpes la vitrine de ses ambitions nationales, devrait ouvrir la porte à la concurrence pour diriger Les Républicains. 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut