(Photo by GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Covid-19 : toujours autant de cas à Lyon, Omicron représente désormais 97% des contaminations dans le Rhône

A Lyon, le virus continue de beaucoup circuler actuellement. Le Rhône est même le département de France où le virus circule le plus actuellement. Le variant Omicron représente désormais presque la totalité des cas.

Le Rhône est le département de France où le covid-19 circule le plus actuellement, alors que des nombres records de contaminations ont été battus dans le pays mardi 18 janvier et mercredi 19 janvier, avec plus de 400 000 contaminations en 24h.

La circulation du virus à l'instant t sur un territoire se mesure notamment grâce au taux d'incidence. C'est un indicateur clé. Le taux d'incidence détermine le nombre de cas positifs sur les 7 derniers jours pour 100 000 habitants. Sur une semaine glissante. C'est un très bon moyen de mesurer le degré de circulation du virus, à un instant t, sur un territoire. Le taux d'incidence a franchi la barre des... 4000 dans le Rhône et est désormais de 4180 d'après les derniers chiffres stabilisés au dimanche 16 janvier 2022. Cela prend en compte la semaine glissante du lundi 10 au dimanche 16 janvier. Et il va donc encore augmenter comme le nombre de cas a été très important le 18 et le 19 notamment. Le graphique ci-dessous montre bien l'explosion des cas dans le département du Rhône.

L'évolution du taux d'incidence dans le département du Rhône (courbe rouge).
Source : Santé publique France

Dans le Rhône, Omicron représente désormais 97% des contaminations, le précédent variant Delta plus que 3%. Un variant Omicron beaucoup plus contagieux, qui a donc pris le dessus sur Delta, mais Omicron entraîne aussi beaucoup moins de formes graves, notamment en ce qui concerne les entrées en réanimation.

---

POUR ALLER PLUS LOIN

Jean-Yves Grall, le directeur de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, était sur le plateau de Lyon Capitale pour faire le point sur la vague Omicron dans la région le mardi 11 janvier :

Lire aussi : Covid-19 à Lyon : inquiétudes autour des nombreuses déprogrammations, les réponses du directeur de l'ARS

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut