(Photo by JEFF PACHOUD / AFP)

Coronavirus à Lyon : l'épidémie progresse dans le Rhône, de nouvelles annonces vendredi ?

L'épidémie ne cesse de progresser dans le Rhône depuis plusieurs jours. Le nombre de cas ne cesse d'augmenter. De nouvelles décisions vont être prises ce vendredi lors d'un conseil de défense. Comme la limitation du nombre de personnes dans des rassemblements privés ?

Le nombre de cas positifs de covid-19 ne cesse d'augmenter, chaque semaine, à Lyon et dans le Rhône. Le département est l'un des plus touchés en France depuis quelques jours, avec notamment les Bouches-du-Rhône (lire notre bilan dans le Rhône ici).

Un conseil de défense est prévu à Paris ce vendredi et Emmanuel Macron a d'ores et déjà annoncé que des décisions"pour donner de la visibilité sur les prochaines semaines" aux Français vont être prises ce vendredi. Des décisions qui seront "déclinées territorialement". Le Rhône, très touché, sera vraisemblablement concerné.

"Ne pas céder à la panique" (Macron)

Le chef de l'Etat appelle les Français à être "plus vigilants dans les moments de vie privée". "Nous aurons des décisions à prendre, mais voilà, il faut je pense continuer à être exigeants, réalistes, sans céder à quelque panique que ce soit", a-t-il ajouté.

Le gouvernement "va être obligé de prendre un certain nombre de décisions difficiles dans les huit à dix jours maximum", expliquait ce mercredi le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy. L'augmentation continue du nombre de cas positifs inquiète les autorités.

Vers une limitation du nombre de personnes dans les rassemblements privés ?

Mais quelles mesures peut prendre le gouvernement ? Un reconfinement est inenvisagé. Lundi dernier, l'Espagne, a annoncé la limitation des rassemblements familiaux à dix personnes. L'Angleterre s'apprête à interdire les rassemblements de plus de six personnes. Bientôt en France ?

Limiter le nombre de personnes lors des rassemblements familiaux ? "Cela fait partie des éléments qui sont sur la table", souffle ce jeudi sur France Info le virologue lyonnais Bruno Lina, membre du conseil scientifique. "Il n'y a pas de chiffre magique, mais il est clair que quand on a un groupe de 70 personnes, on a dix fois plus de chances de rencontrer quelqu'un qui est malade que si on a un groupe de sept".

"Il s'agit de définir effectivement ces espèces de bulles sociales qui permettent de continuer à avoir des contacts, voir des gens, à aller au restaurant, recevoir, mais en évitant des brassages trop importants", poursuit le virologue lyonnais.

Eléments de réponses plus précis ce vendredi.

Lire aussi : Coronavirus à Lyon : tous les chiffres en hausse, l'inquiétude grandit, le point sur l'épidémie dans le Rhône

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut