Soirée électorale dans le Rhône : soupe à la grimace et premiers espoirs au siège du RN

Soupe à la grimace au siège du Rassemblement national du Rhône. La soirée électorale du second tour des législatives a tourné au vinaigre à l'annonce des résultats nationaux donnant le bloc de gauche et la macronie devant le RN.

"C’est la décadence !", "Ce n’est pas possible !", "Mon Dieu, protégez la France !", "On a encore du travail", la prudence à fait place à la surprise puis à la stupeur parmi les militants rassemblés au siège du RN du Rhône, à Saint-Priest, devant les premières estimations nationales. Reste que, localement, tous y croient encore. Plusieurs candidats RN étaient en tête au premier tour, alimentant les espoirs des militants du parti à la flamme. Alors que plusieurs candidats du parti de Marine Le Pen étaient au second tour dans le Rhône, pour l'instant, seul Jonathan Géry a été élu député dans la 8e circonscription du Rhône. C'est d'ailleurs la première fois qu'un député RN est élu dans le département depuis 1988. Tiffany Joncour (RN), bien placée en tête dans la 13e circonscription, n'a pas encore reçu les résultats définitifs.

Lire aussi : Législatives : suivez la soirée électorale en direct

Un premier député RN dans le Rhône

Résultat, l'ambiance générale est mitigée. Le tout nouveau député RN, Jonathan Géry, résume : "On est très satisfaits du point de vue individuel mais pas vraiment collectivement avec ces résultats nationaux. On était dans un ballotage favorable. Je crois même qu'on a gagné des électeurs lors du second tour. Néanmoins, c’est avec beaucoup de gravité que je prends ce mandat. J’ai une joie mesurée car nous ne connaissons pas le futur du gouvernement ni de l’Assemblée nationale." Malgré son élection, le novice en politique ne décolère pas : "On nous a mis tellement de bâtons dans les roues, surtout avec la naissance d'une alliance mélancho-marconiste." Le jeune député, issu des rangs de la police, annonce d'ores et déjà vouloir s'impliquer sur les sujets liés à la sécurité et déclare être ouvert à des votes liés avec des députés de droite ne faisant pas partie de la coalition d'Eric Ciotti (LR-RN) : "Je pense que l'on pense plus ou moins la même chose. Il ne leur manque que le courage politique de dire ce qu'ils pensent".

A lire aussi Six triangulaires, sept duels : tout savoir sur le deuxième tour des législatives dans le Rhône

Désenchantement et inquiétude

En parallèle, Cécile Patout, candidate RN de la 10e circonscription du Rhône, ne se fait pas d’illusions alors que seuls les résultats nationaux ont été publiés : “Mon concurrent, Thomas Gassilloud, a bénéficié de beaucoup de visibilité et de moyens que je n’avais pas. Moi je suis enseignante, et c’est vrai que je ne m'attendais pas à faire campagne si rapidement et en si peu de temps. Maintenant, aux vues des résultats donnant en tête le NFP et la macronie, j’ai une grande inquiétude pour le pays. Comment gouverner le pays avec tant d’alliances souvent incongrues surtout dans le bloc de gauche ? Plus encore, pour moi Emmanuel Macron a commis une énorme traîtrise avec ses électeurs en appelant à faire barrage contre le RN. Ça n’a aucun sens, sa politique, sa vision économique n’a rien à voir avec celle de la gauche. C’est clairement une ligue contre le RN. Je suis aussi inquiète pour toutes les personnes qui avaient l’espoir d’un vrai changement, je pense aux agriculteurs, à ceux qui subissent l’insécurité notamment les vieilles personnes”.

Lire aussi : Législatives : les résultats du second tour dans la 9ème circonscription du Rhône

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut