Grégory Doucet (EE-LV) et Yann Cucherat (LREM), candidats aux municipales 2020 à Lyon
Grégory Doucet (EE-LV) et Yann Cucherat (LREM), candidats aux municipales 2020 à Lyon

Lyon : entre maladresse et récupération, le terrorisme s’invite dans la campagne municipale

Grégory Doucet s’est attiré les foudres des listes d’union entre la droite et Gérard Collomb en évoquant une menace terroriste qui serait “derrière nous”. Yann Cucherat l’accuse d’irresponsabilité et de “provoquer les terroristes”. Grégory Doucet tente, lui, au lendemain de ses propos de les englober dans un propos plus général.

Ce sont quelques mots qui vont perturber la fin de campagne des écologistes à Lyon. Dans un débat organisé par France 3 qu’il a plutôt dominé, Grégory Doucet a fait une faute de carre au moment d’évoquer le contexte sécuritaire autour de la fête des Lumières. Le candidat explique que les attentats terroristes à l’origine de l’annulation de l’édition de 2015 “étaient derrière nous et aujourd'hui on peut repenser cet événement sur les quartiers”. Des propos qui font réagir a posteriori Yann Cucherat, le candidat de l’alliance entre Les Républicains et les listes Collomb. Sur le plateau de France 3, il n’avait pas sourcillé lors du direct. “Je n’ai pas entendu”, justifie le candidat à la mairie de Lyon. Il s’est bien repris depuis, comme ses colistiers qui inondent les réseaux sociaux, quitte à donner l’impression de surfer sur la polémique naissante pour refaire son retard sur le candidat écologiste : “dire que le risque d’attentat est derrière nous relève d’une forme d’inconscience et d’irresponsabilité. À travers ses propos spontanés, c’est le naturel qui est revenu au galop. C’est de la provocation à l’égard de fous furieux. On sait que les terroristes réagissent quand ils sont provoqués surtout que la fête des Lumières repose aussi sur le symbole de “Merci Marie”.

Récupération ?

Ce jeudi matin, Grégory Doucet a tenté de resituer ses propos dans un contexte plus global : “je n’ai pas voulu dire que la menace est révolue. Ce qui est derrière nous, c’est d’avoir dû annuler la fête des Lumières. Les forces de l’ordre ont su adapter les dispositifs de sécurité. Nous avons progressé depuis 2015. Lors des grandes manifestations, la sécurité doit rester une priorité. Si l’on ne peut pas l’assurer, les évènements ne se tiendront pas”. Le candidat des écologistes entend redéployer la fête des Lumières dans les neuf arrondissements de Lyon. Une mesure que contestent Georges Képénékian et Yann Cucherat pour qui la menace terroriste oblige à concentrer les illuminations en presqu’île

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut