Circulation à Lyon la nuit © Tim Douet
© Tim Douet

Le Grand Lyon vote 5,9 millions d’euros de plus pour l’Anneau des Sciences

Serpent de mer qui traîne depuis trente ans, le projet d’Anneau des Sciences, qui doit permettre un contournement ouest de Lyon, a reçu une subvention de 5,9 millions d’euros dans le budget 2019 de la métropole de Lyon. Un choix de l’exécutif critiqué par les élus et associations écologistes.

Après plus de trente ans d'études et de concertations sur le contournement ouest de Lyon, appelé successivement TOP puis Anneau des Sciences*, la métropole de Lyon a inscrit dans son budget 2019 une nouvelle enveloppe de 5,9 millions d'euros pour “des études, les sondages géologiques et la mise en place du dispositif de dialogue et de concertation”. Un montant qui vient s'ajouter aux 12,7 millions d'euros d'études préalables déjà dépensés sur les près de 30 millions prévus lors de ce mandat, note Pierre Hémon, élu EELV de la majorité.

Cette nouvelle subvention est critiquée par Fabien Bagnon, de la Coalition Climat-Alternatiba Rhône. “Durant la même séance, on vote une zone à faibles émissions (ZFE), largement insuffisante, mais qui est une première étape qui va dans le bon sens, et simultanément, de façon très discrète dans le budget de la métropole, on projette des études en vue de réaliser l'Anneau des Sciences, qui favorise l'usage de la voiture. C'est contradictoire”, déplore-t-il. Selon le militant écologiste, ce projet n’est plus d’actualité : Aujourd’hui, les métropoles essaient d’induire du report modal en investissant dans le réseau de transports en commun. Or, si l’on se contente de dévier le trafic routier à six ou huit kilomètres alors que l'objectif c'est bien de le diminuer, on déplacera le problème du centre-ville vers la périphérie. C’est incohérent par rapport à l’époque, mais aussi par rapport à l'urgence sanitaire.”

Même discours pour Pierre Hémon. “Contrairement à ce que dit Gérard Collomb, qui a d’ailleurs changé d’avis sur le sujet, le déclassement de l'A6/A7 permet de se passer de l'Anneau des Sciences. C'est un vrai challenge. Si l’objectif c’est de réduire le trafic à 30 000 voitures sur cet axe, est-ce qu’on va dépenser près de 3 milliards d’euros pour ça ?” interroge ce membre de la majorité de David Kimelfeld.

Un contournement ouest de Lyon pour “2038” selon le rapport Duron

Du côté du Gouvernement, l’on se dit – dans le rapport Duron, qui a servi de base à la loi d’orientation sur les mobilités (LOM) – “pleinement conscient des problèmes que soulèvent la traversée routière de l’agglomération lyonnaise et la nécessité de mener à son terme la comparaison [entre les contournements ouest et est de la métropole]”. Pour autant, ce rapport notait que “les éléments d’analyse que la commission a eus à disposition (…) ne permettent pas de conclure qu’un grand contournement routier par l’Ouest ou par l’Est apportera une réponse définitive aux problèmes de saturation de cette traversée en raison de la faible part de trafic qui pourrait avoir naturellement intérêt à se reporter”. Ce rapport demandait par ailleurs “d’approfondir les réflexions engagées” et “d'examiner la mise en place d’un péage urbain”, et du fait de ces interrogations classait le COL en projet de “seconde priorité” réalisable “à partir de 2038” quels que soient les scénarios.

Un enjeu politique pour 2020

Promesse de campagne du candidat Collomb en 2012, qui prévoyait les premiers coups de pioche pour 2020, l’Anneau des Sciences pourrait bien avoir des conséquences politiques sur les élections de 2020. “Comme l'A45, ce sont des projets du XXe siècle. C'est déjà vieillot. Pourtant, on ne les lâche pas. Pourquoi ? Parce qu'il y a des élus qui se sont construits sur ça et qui n'ont pas la capacité d'envisager autre chose, parce que c'est trop dans leur culture. Même si aujourd'hui d'autres sont plus hésitants”, lâche Pierre Hémon. Une référence à peine voilée à Gérard Collomb et David Kimelfeld. “On continue de financer des études parce qu'il y a beaucoup d'hésitation du côté de l'exécutif, abonde un cadre Les Républicains. Ça permet d'entretenir le flou et de satisfaire tout le monde.”

Questionné sur le sujet par Lyon Capitale en juillet dernier, le président du Grand Lyon s'était plutôt prononcé pour le contournement ouest, sans pour autant en faire un horizon indépassable. “On a encore besoin d’infrastructures. Pas forcément pour accueillir les mêmes modes de déplacement qu’il y a vingt ans. L’Anneau des Sciences, ça n’a de sens que si on pousse des modes alternatifs comme les transports en commun ou le covoiturage”, estimait-il alors. De son côté, Pierre Hémon prévient David Kimelfeld, dont la candidature à la présidence de la métropole est officielle depuis peu : “S'ils font des travaux, il va y avoir une ZAD. Ce projet sera donc un enjeu en 2020. Si la liste écologiste doit négocier avec d'autres candidats, il ne devra pas être dans le panier de la mariée.” Il pourrait même être une cause de divorce.

*Modifié à 22h19 le 4 février.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut