gare de la Part Dieu
@DR

Gare Part-Dieu post-2020 : le plan de la dernière chance

Une phase de concertation se lance le 17 juin pour complètement revoir les abords et le hall de la gare. Objectif : empêcher une asphyxie qui semble inéluctable.

gare de la Part Dieu ()

@DR

Réaménagement de la rue Garibaldi, érection de la tour Incity, prolongement de la ligne de tramway T4 : le secteur Part-Dieu connaît de profondes mutations. Le cœur du réacteur, comprenez la gare elle-même, va aussi être bouleversé. Les études de faisabilité terminées, une phase de concertation se lance, à partir du 17 juin.

Réaménagement des places

Le Grand Lyon va présenter dans les jours qui viennent son plan d'action. On en connaît les grandes lignes, en particulier la reconfiguration des places Francfort et Béraudier, situées aux deux entrées de la gare. Sera notamment démoli le petit immeuble situé le long du boulevard Vivier-Merle. C'est de ce côté que sera créé un espace souterrain d'échange entre la gare et le métro. La communauté urbaine songe aussi à aménager un dépose-minute côté Est, le long de la rue de la Villette. Mais ce n'est pas tout : la SNCF et Réseau ferré de France (RFF) mettent aussi au pot.

C'est un investissement global de 180 millions d'euros qui est programmé d'ici à 2021. Il y a urgence : “C'est une gare dimensionnée pour 35 000 voyageurs/jour, qui en compte aujourd'hui 120 000. C'est notamment la plus grosse gare de correspondance de France. En 2030, on attend plus de 200 000 voyageurs/jour”, explique Lionel Grand, directeur du projet Lyon Part-Dieu chez Gares et Connexions, branche de la SNCF. Avant de lancer la construction d'une éventuelle gare souterraine à la barcelonaise (coût : plusieurs milliards d'euros), ce plan est celui de la dernière chance pour la Part-Dieu.

Une nouvelle voie L

Après la voie K, ouverte en 2011, la gare se dotera d'une voie L, à l'horizon 2021, complètement à l'est. “Cela va permettre de desserrer les autres voies, qui sont très utilisées”, indique Corinne Faure-Colineaux, chargée de projet chez Réseau ferré de France (RFF). Pour y parvenir, il faudra faire de la place : raboter le talus, racheter les espaces aujourd'hui détenus par les locataires automobiles, et élargir le pont-rails au-dessus de la rue Paul-Bert. “Cette voie fera 800 mètres de long”, précise la chargée de projet. Coût des travaux : 83 millions d'euros.

Avenue Georges-Pompidou

Une entrée sud à la Part-Dieu

Le problème se pose aussi au rez-de-chaussée, où il faut parfois jouer des coudes pour accéder jusqu'aux trains. D'abord, la Part-Dieu va se doter d'un nouvel accès, côté sud, par l'avenue Pompidou (photo ci-dessus). Six escalators, escaliers et ascenseurs conduiront directement aux quais, sans passer par le hall commun. Sur l'axe routier, la circulation automobile sera réduite à deux voies (contre quatre aujourd'hui), ainsi que deux bandes cyclables. D'après les prévisions de RFF, 20 % des voyageurs utiliseront ces accès pour prendre leur train.

Reste le hall d'accueil, beaucoup trop exigu pour accueillir autant de transits piétons. Pour faire place nette, les espaces de vente ainsi que les boutiques attenantes vont migrer dans une galerie marchande, créée à l'entrée ouest de la gare. Parallèle aux quais, le long de Vivier-Merle, celle-ci fera la jonction avec l'avenue Pompidou, passant derrière le complexe hôtelier. Les travaux seront lancés en 2016, pour un achèvement prévu en 2021. Une galerie identique pourrait aussi être créée de l'autre côté, le long de la rue de la Villette. D'autres bouleversements sont envisagés pour l'après-2021. “L'ensemble des circulations à l'intérieur de la gare sera alors revu”, explique Lionel Grand. Les escalators intérieurs devraient notamment changer d'emplacement.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut