FN: les anciens combattants ne veulent pas voir Lyon insulté

Dans un communiqué, l’Association nationale des anciens combattants et amis de la Résistance (ANACR) attaque le Front national, qui se réunira en congrès à Lyon le 29 novembre prochain.

Le 29 novembre, le Front national organise à Lyon son congrès national. Un événement qui n'est pas du goût de tout le monde. Alors que le Collectif de vigilance 69 appelle à un week-end de mobilisation “pacifique et déterminée” contre l’extrême droite, l'Association nationale des anciens combattants et amis de la Résistance (ANACR) attaque dans un communiqué le parti de Marine Le Pen.

"Si nous sommes attachés à la pluralité de la vie publique et politique française, (...) nous estimons que le Front national ne peut s’inscrire dans cette dimension. En effet, il représente une partie visible de la montée inquiétante des idées d’extrême droite dans notre pays, que concrétisent les récents scrutins l’amenant aux portes du pouvoir", détaille le communiqué, qui rappelle les engagements pris lors du congrès de l'ANACR, en octobre dernier : "Le combat contre ce que représente le Front national et d’autres mouvements d’extrême droite, c'est-à-dire le combat contre la xénophobie, le racisme, les réminiscences du pétainisme, l’esprit antidémocratique, le négationnisme historique, le néofascisme, nécessite plus que jamais que nous lui portions toute notre attention."

Le FN “s’approprie la Résistance”

"Les dirigeants du Front national n’hésitent pas à utiliser sans vergogne le nom et la mémoire de Jean Moulin ou encore à s’approprier la Résistance et le programme du CNR alors que dans le même temps ils développent des propos violemment xénophobes", dénoncent les représentants de l'ANACR, pour qui cette progression de l'extrême droite résulte de la situation de crise que connaît notre pays, une situation qui est selon eux "un terreau favorable à la montée de l'extrême droite".

"Il est important et nécessaire pour nous de dénoncer et d’alerter, car nous estimons que c’est de notre responsabilité, mais aussi de notre fidélité à celles et ceux qui ont combattu le nazisme et le fascisme. C’est, pour nous, respecter la mémoire des exécutés, des fusillés, des déportés politiques ou raciaux. Nous voulons solennellement proclamer que ne soit pas insultée notre Ville de Lyon, médaillée de la Résistance et qui s’est vu attribuer par le général de Gaulle le titre de “capitale de la Résistance”."

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut