Christophe Boudot
© Tim Douet

Trump président : “On a un boulevard pour l’élection présidentielle”

Christophe Boudot, le conseiller régional du Front national, se réjouit de la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine et estime que cette élection offre “un boulevard” à Marine Le Pen en 2017. Entretien.

Lyon Capitale : Quelles leçons tirez-vous de l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis ?

Christophe Boudot : Ce résultat a été une surprise, mais j'y croyais parce que le prisme américain est différent du nôtre. L’élection a déjoué tous les pronostics. Elle a prouvé que l'on peut être candidat malgré les médias, qui ont été contre lui bien avant et pendant la campagne. C'est assez réconfortant pour la démocratie parce qu’il a été le candidat contre l'intelligentsia.

Cette victoire vous réjouit ?

On n'est pas américain et on n'avait pas un choix à faire. Mais le clan Clinton, qui est corrompu et financé par le Qatar, n'était pas une bonne chose pour les relations avec la France. Trump nous a rassurés en parlant de sa relation avec Poutine et en affirmant qu’il n’allait pas signer le traité transatlantique de libre-échange (Tafta) qui allait tuer nos agriculteurs. C’est un personnage haut en couleur et plus les médias lui tapaient dessus, plus il me séduisait. D’ailleurs, sur ce point, le traitement des grands médias français a été honteux parce qu’ils ont donné une vision partielle de Trump.

Quelle vision les médias français n’ont-ils pas montrée ?

Ils n’ont pas montré que Trump est le candidat qui s'adresse au peuple américain face aux élites.

Ce sont les médias qui ont fait gagner Donald Trump, selon vous ?

Clinton a perdu un peu toute seule, mais plus les médias tapaient sur Trump et plus l’Amérique profonde a choisi sa position.

Cette victoire est-elle de bon augure pour le FN en vue de la présidentielle de 2017 en France ?

J'ai pas mal de gens autour de moi qui m'ont appelé pour me dire que l'on a un boulevard pour l’élection présidentielle. Parce que, comme Donald Trump, Marine Le Pen est la seule candidate qui s'adresse directement au peuple, à la France des oubliés, contre les élites et contre les médias.

À lire sur notre site : les réactions locales au résultat de la présidentielle américaine
– Renaud Payre, directeur de Sciences Po Lyon : “La machine à perdre à droite et à gauche est enclenchée”
– Michel Havard, conseiller municipal d’opposition à Lyon : “Il ne faut plus de discours mais des actes”
– Françoise Grossetête, eurodéputée, en appelle à un “leadership européen”
David Kimelfeld, secrétaire fédéral du PS et 1er vice-président de la métropole de Lyon : “Il faut que le PS arrête de se regarder le nombril”

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut