Lyon : les chauffeurs roumains n'avaient que 3h de pause par jour

Une entreprise de transport en poids lourds va être jugée pour avoir enfreint la réglementation du temps de travail. Ses chauffeurs n'avaient en moyenne que trois à cinq heures de repos par jour. 

Le 1er août dernier, un contrôle routier était réalisé sur un poids lourd dans le port Édouard-Herriot (Lyon 7e) par la compagnie de sécurité routière du Rhône. Les policiers ont procédé à la vérification  de deux ensembles routiers d’une même société de transport de marchandises basée en Roumanie qui était déjà connue de leur service. 

Lors de ce contrôle, les agents ont découvert que les chauffeurs, en double équipage, masquaient des périodes de conduite et de travail en retirant leur carte de conducteur du chronotachygraphe. “Le but de cette fraude permettait aux équipages d’effectuer les opérations de chargement et de déchargement des marchandises pendant leurs temps de repos journaliers respectifs”, explique la DDSP du Rhône. 

Les chauffeurs n'avaient, en moyenne, qu'entre trois et cinq heures de repos par jour. Les deux véhicules ont été immobilisés pour une durée de 45h. Les repos inférieurs ou égal à 45h étant interdits dans le camion, les quatre chauffeurs ont dû être hébergés à l’hôtel aux frais de leur employeur. La société de transport a dû payer une consignation de 49 255 euros dans l’attente de son jugement par le tribunal correctionnel de Lyon en février prochain. 

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut