© Cyrille Sauvé

Culture : retour des Cabarets du Theatrum Mundi à la Comédie Odéon

"Le monde est un théâtre dans lequel chaque être humain joue un personnage". C’est à partir de cette idée de Platon que la troupe de Camille Germser, portée par un quatuor de créatures extravagantes, reprend possession de la Comédie-Odéon dans une version remaniée pour notre plus grand plaisir. L’occasion de publier à nouveau notre critique du spectacle que nous avions vu la saison dernière.


© Cyrille Sauvé

Théâtre à Lyon : cabaret barré à la Comédie-Odéon !

On connaît la dilection immodérée que cultive le metteur en scène Camille Germser envers les paillettes, boas et trucs à plumes.

En 2015, il avait enchanté le théâtre de la Croix-Rousse avec une version endiablée des Précieuses ridicules, transposée dans l’univers du music-hall. Et c’est dans un univers similaire qu’on le retrouva trois ans plus tard avec sa mise en scène de Federigo, la courte nouvelle de Prosper Mérimée, cette fois plumes et paillettes étaient cuisinées à la sauce napolitaine.

Pour cette nouvelle création, Les Cabarets du Theatrum Mundi, il nous convie lors de cinq dimanches de janvier et de février à une sorte de music-hall de l’absurde.


Porte-jarretelles, maquillages outrés, chevelure en bataille et jupes brillant de mille strass


Écrit de façon épatante, jonglant avec les mots de façon vertigineuse, un peu à la manière de Raymond Devos, le spectacle met en scène une troupe de quatre femmes magnifiques (mais il en manquait une le jour où l’on a vu le spectacle) enchaînant des numéros, ou des sketches ?, qui se penchent sur des petits problèmes quotidiens aussi bien que sur de grandes questions métaphysiques (l’amour, la vie, la mort).

© Cyrille Sauvé

Un monsieur Loyal lunaire, en queue de pie et bermuda, quitte de temps à autre son piano pour tenter de mettre de l’ordre dans la représentation. En vain, bien évidemment.

Porte-jarretelles, maquillages outrés, chevelure en bataille et jupes brillant de mille strass, les girls ne s’en laissent pas conter ! Elles invitent même un vrai-faux spectateur à s’exprimer. Ou à chanter, puisque tout commence, se poursuit et se termine en chansons. Il y a la plantureuse Marianne Pommier, l’espiègle Ana Benito ainsi que Vanessa Bonazzi, Anne Fromm et Julie Morel. Elles sont irrésistibles !

Courez à cette jubilatoire et revigorante célébration dominicale !

Les Cabarets du Theatrum Mundi –  Les dimanches à 17h  (27 novembre, 4, 11, 18 décembre 2022 et 8, 15, 29 janvier 2023 , à la Comédie-Odéon


Avec : Ana Benito, David Bescond, Claudine Charreyre, Anne Fromm, Eloïse Guérin, Julie Morel, Marianne Pommier et Colin Rey .
À la harpe, Marion Sicouly, au piano Arthur Verdet, piano et à la batterie Grégory D'Addario.


 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut