82 000 résidents du 7e arrondissement vont recevoir un seau de 7 litres et des sacs en kraft afin de pouvoir utiliser ces bornes, dont la mise en place a coûté 500 000 euros. Le budget annuel de fonctionnement est de 350 000 euros dans le 7e © Merlet

Villeurbanne déploie 300 bacs à compost

Après le  7e arrondissement de Lyon, la métropole a étendu son expérimentation de composteurs publics à Villeurbanne. 240 points de collecte sont déjà en service.

Bruno Bernard, président écologiste de la métropole de Lyon, et Cédric Van Styvendael, maire PS de Villeurbanne, ont inauguré, ce vendredi matin, le réseau de bacs à compost villeurbannais. Depuis le mois de septembre, la collectivité a déjà installé 240 points de collecte des déchets alimentaires. "L'objectif est d'en installer 300 à terme. Ils seront à 150 mètres maximum de chaque Villeurbannais, c'est que nous avons identifié comme un élément déclencheur pour les usagers", souligne Cédric Van Styvendael. Aujourd'hui, 110 000 des 150 000 habitants de la commune sont à proximité d'un composteur installé sur la voie publique. Pour les habitants qui résident dans des maisons, la métropole propose des bacs individuels.

1o0 tonnes en novembre

Cédric Van-Styvendael, le maire de Villeurbanne, et Bruno Bernard le président de la Métropole de Lyon. (Photo : Paul Terra)

"Nous constatons une hausse du tonnage depuis le mois de septembre. Nous avons commencé à quatre tonnes par semaine et nous sommes à 23 tonnes aujourd'hui. Sur le mois de novembre, nous aurons collecté 100 tonnes", annonce le directeur régional de Pizzorno, l'entreprise qui assure la collecte des déchets. Villeurbanne est le deuxième site d'expérimentation du compost à grande échelle dans la métropole de Lyon. "C'est simple donc ça marche. C'est l'écologie du quotidien. Villeurbanne a battu le record du 7e arrondissement", se réjouit Bruno Bernard, président de la métropole et usager des bacs publics de Villeurbanne. Le surcoût de la collecte est chiffré à un peu plus d'un million d'euros dont la moitié est prise en charge par l'Ademe (l'Agence de la transition écologique).

Élargissement progressif

La métropole va élargir l'expérimentation à cinq communes de l'Ouest lyonnais dans les prochaines semaines : Craponne, Champagne-au-Mont-d'Or, Dardilly, Écully et Sainte-Foy-lès-Lyon. Trois arrondissements lyonnais passeront aussi au compost en 2023. Les déchets alimentaires collectés sont ensuite transformés en engrais sur des sites de valorisation. La métropole va en ouvrir un nouveau à Rillieux-la-Pape sur 4 000 m2. "Ces déchets retournent quand ils étaient incinérés avant. C'était une aberration. Nous pourrions nourrir sans engrais les sols agricoles sur un rayon de 50 kilomètres autour de Lyon avec du compost", souligne Isabelle Petiot, vice-présidente de la métropole en charge de la réduction et du traitement des déchets.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut