Ça s’est passé à Lyon un 5 avril : François Ier arrive à Lyon

De l’entrée du roi François Ier en 1522 à l’exposition Tony Garnier à l’école des beaux-arts de Paris, Lyon Capitale vous propose de (re)découvrir les faits historiques qui ont marqué les 5 avril au fil des siècles à Lyon.

1515 : Lettres anonymes dénonçant l'injustice et les exactions des conseillers de ville. Début de la grande querelle des consuls et des artisans.

1522 : Entrée du roi François Ier. Séjourne jusqu'au 23 juillet.

1534 : Alexandre Canu, jacobin défroqué, prêche la Réforme. Arrêté et condamné à mort, il sera envoyé à Paris sur son appel. (Brûlé place Maubert le 18 juin.)

1590 : Pose de la première pierre du couvent et de l'église des Chartreux, à la Giroflée.

1791 : Le corps municipal décide un deuil de huit jours, à compter du 8, pour la mort de Mirabeau. Le 8, cérémonie funèbre aux Cordeliers. Le 18, autre cérémonie à Saint-Jean.

1792 : Vente aux enchères des églises et dépendances de Saint-Etienne et Sainte-Croix.

1793 : Le Club central se transforme en Société des Jacobins, à l'instar de celle de Paris.

1794 : L'agent national près le district promulgue le tableau du Maximum des denrées et marchandises.

Procès des ouvriers en soie arrêtés suite aux grèves de février 1834

1834 : Ouverture du procès des ouvriers en soie arrêtés à la suite des grèves de février. Il est renvoyé au 9.

1839 : Mort d’Hilaire Philippe Richan, ancien maire de la Croix-Rousse (10 août 1830-29 janvier 1832). (Né à Lyon, le 15 mai 1790.)

1845 : Premier numéro de la Gazette de Lyon (catholique).

1847 : Le conseil municipal vote un crédit de 10 000 francs pour faire faire les statues de neuf muses destinées au fronton du Grand Théâtre.

1855 : Mort de Jean Joseph Barou, vicaire général du diocèse. (Né à Chalmazelle, Loire).

1859 : On trouve dans le Rhône, près du quai Joinville (= Augagneur), une statue antique en bronze.

1873 : Mort d'Auguste Jal, homme de lettres. (Né à Lyon le 12 avril 1795).

1884 : Loi générale sur l'organisation municipale. La Ville de Lyon reste divisée en six arrondissements, le préfet y conserve la police de sûreté, le maire n'ayant que la police administrative.

Exposition Tony Garnier à Paris

1904 : A l'opéra de Lyon, création, pour la première fois en France, de la Tétralogie de Wagner dans sa totalité.

1946 : Congrès national du Parti radical-socialiste (Bourse du travail).

1954 : Ouverture du consulat de la République fédérale d'Allemagne, 33 boulevard des Belges, dans l'immeuble acquis de Daniel Isaac.

1955 : Exposition Tony Garnier, à Paris, école des beaux-arts.

1960 : Les statues de la Force et de la Loi, provenant de l'ancienne statue équestre de Napoléon (place Perrache), et ornant l'entrée du palais Saint-Pierre, sont transportées et installées dans la salle des pas perdus du palais de justice.

1964 : Tenue à Lyon du 89e Congrès national des Sociétés savantes.

1969 : Mort de Gabriel Chevallier, écrivain. (Né à Lyon le 3 mai 1895). Inhumé à Meyzieu.

1974 : "Semaine d'Amitié" Lyon-Leipzig organisée à Lyon par l'association France-RDA. Séjour du maire (Muller) et d'une délégation de la ville de Leipzig.

1981 : Grève de la faim du père Christian Delorme (assisté du pasteur Jean Costil) pour obtenir l'arrêt des expulsions des enfants délinquants. Succès.

1985 : Séjour à Lyon de Léopold Sédar Senghor, ancien président du Sénégal, poète, invité par la municipalité.

1987 : Visite à Lyon du ministre de l'Économie et des Finances (Édouard Balladur) : ouverture de la foire.

1988 : Inauguration du cimetière communautaire de Bron-Parilly.

1988 : À Lyon, deuxième signature du traité de jumelage entre Lyon et Canton.

Les commentaires de nos lecteurs les plus avertis quant à l'histoire de Lyon sont évidemment les bienvenus. Et pour poursuivre cette redécouverte de la ville à travers les siècles, rendez-vous sur le site des archives municipales.
à lire également
Aperçu des expositions à voir en décembre 2018 à Lyon (montage)
Ce mois-ci, on voyagera dans le temps, avec de jeunes artistes tout juste sorties des beaux-arts, deux peintres nés dans l’entre-deux-guerres et un empereur dont on ne connaît souvent à Lyon que la table. Mais aussi dans la géographie, d’un Sud fantasmé aux Fidji de visu pour finir à Annemasse. Bonne route.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut