Nucléaire : le président de l’ASN “préoccupé” par “l’état” des centrales

Alors que la région Auvergne-Rhône-Alpes est l’une des plus nucléarisées d’Europe avec 4 centrales nucléaires, Bernard Doroszczuk s'est dit “préoccupé” par “l’état des installations nucléaires est un vrai sujet de préoccupation” à côté de Lyon, la centrale du Bugey est le 2e plus vieille de France. 

Dans une interview accordée au journal Le Monde, Bernard Doroszczuk, le nouveau président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), s'est dit “préoccupé” par “l’état des installations nucléaires est un vrai sujet de préoccupation”. À côté de Lyon, la centrale nucléaire du Bugey est la deuxième plus vieille de France. La région Auvergne-Rhône-Alpes est l’une des plus nucléarisées d’Europe avec quatre centrales nucléaires (Bugey, Saint-Alban, Cruas, Tricastin).

Nous sommes effectivement confrontés à des phénomènes de vieillissement de toutes les installations nucléaires, qui ont atteint une durée de vie proche de celle initialement envisagée”, a déclaré Bernard Doroszczuk. Ce dernier a tout de même assuré qu'en 2018, le niveau de la sûreté et de la radioprotection “a été globalement satisfaisant, sans incident majeur”. Face au vieillissement des installations, “l’ASN demande à EDF de mettre en place un examen de conformité des équipements de grande ampleur, à l’occasion des quatrièmes visites décennales des réacteurs. La revue de sûreté devra être encore plus approfondie que d’habitude, avec une focalisation sur les risques liés au vieillissement”, a-t-il déclaré.

Emmanuel Macron a annoncé la fermeture de 14 réacteurs nucléaires en France d'ici 2035. Ces arrêts de réacteurs devraient être effectués sur les plus anciens sites en France : Tricastin (Drôme et Vaucluse), Bugey (Ain), Gravelines (Nord), Dampierre (Loiret), Blayais (Gironde), Cruas (Ardèche), Chinon (Indre-et-Loire) et Saint-Laurent (Loir-et-Cher). La centrale nucléaire du Bugey, située à 40 kilomètres de Lyon à vol d'oiseau, compte aujourd'hui 4 réacteurs, dont le premier a été mis en service en 1979. Le gouvernement cantonal et la municipalité de Genève ont récemment décidé de déposer conjointement une plainte contre X au pénal à propos de cette centrale. Les Suisses s'inquiètent de sa proximité (80 km) de Genève. Il s'agit de leur 2e plainte après celle déposée en mars 2016.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut