IMG_5777
Berges du Rhône inondées

Métropole de Lyon : une rencontre pour mieux comprendre les risques d’inondations du Rhône

Pour mieux appréhender les risques d’inondations dans la métropole de Lyon, les élus de l'exécutif ont rencontré le Syndicat de défense contre les eaux du Haut Rhône (SYDCEHR) et le Syndicat du Haut Rhône.

Afin de mieux comprendre ce phénomène d’inondation, Anne Grosperin, vice-présidente de la Métropole lyonnaise en charge du cycle de l’eau, a rencontré deux syndicats gérant le risque d’inondations du Rhône. Dans la métropole lyonnaise, ce risque alerte de plus en plus les élus de l'exécutif, un danger qui pourrait s’étendre, du barrage de Motz en Savoie jusqu’à la plaine du Bouchage en Isère et dans l’Ain.

Une visite de terrain aurait permis à l’ensemble des participants de comprendre et de prendre conscience des enjeux de réciprocité. "Je suis heureuse d’avoir pu entamer un dialogue entre élus qui montre notre intérêt commun pour la question de la protection contre les inondations", souligne Anne Grosperin.

"Renouer le contact"

Le changement climatique, la gestion des crues et la mise en place d’outils de prévention étaient au centre des échanges, appuie Claude Comet, présidente du Syndicat du Haut Rhône : "Le risque d'inondations était au cœur des échanges de cette journée qui a permis d’ouvrir le dialogue sur les enjeux globaux du Rhône et les problématiques communes."

Sur la forme, cette rencontre avait aussi pour vocation de "renouer le contact" entre les différents acteurs comme le précise la Métropole de Lyon, "après que celui-ci se soit légèrement distendu lors des derniers mandats". Aucune décision n’a été prise lors de cet entretien, mais "une confiance s’est instaurée entre les élus et la Métropole" assure-t-on du côté de la collectivité.

Une action depuis le début des années 2000

Depuis 2003, le Syndicat du Haut-Rhône exerce des missions de gestion des milieux aquatiques et humides ainsi que la prévention des inondations. Accompagné du Gestionnaire de la réserve naturelle nationale du Haut-Rhône français, il agit pour la restauration écologique et hydraulique du Rhône et d’une partie de ses affluents. Son but est de sensibiliser la population riveraine pour conserver un cadre de vie de qualité et sa grande valeur écologique.

Une zone d’expansion d’eau

En fin d’année 2021, la plaine de Bouchage en Isère avait été volontairement inondée pour protéger l’agglomération lyonnaise. Cette zone d’expansion des eaux du Rhône existe depuis plus d’un siècle et vise à réduire le risque d’inondation. Outre l’ouverture de la vanne pour empêcher une inondation à Lyon, les pompes fonctionnent surtout, hors période de crue, pour évacuer l’eau du Rhône. Si un niveau critique est atteint, le pompage d’eau est arrêté et l’ouverture de la vanne est provoquée manuellement.

À chaque fois que le Rhône traverse la ville de Lyon, la côte "normale" est de 205,7 mètres au-dessus du niveau de la mer. Si cette côte dépasse les 205,95, les vannes sont ouvertes, laissant ainsi le surplus se déverser dans la plaine. Le 31 janvier 2021, la côte du fleuve était montée à 206.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut