Salah Hamouri. (Photo ABBAS MOMANI / AFP)

Lyon : pourquoi une conférence sur la Palestine, organisée par la Ville, suscite-t-elle l'indignation ?

Une conférence sur la Palestine organisée par la Ville de Lyon le 1er février indigne la communauté juive et la droite française.

Mardi 24 janvier, la Ville de Lyon publie un communiqué dans lequel elle invite à une table ronde intitulée, "Regards sur la Palestine", à l'occasion des 30 ans des accords d'Oslo le 1er février. Signés à la Maison Blanche par l'Autorité palestinienne et l'Etat hébreu en 1993, ils définissent un processus d'autonomie pour les territoires occupés.

Tentative d'assassinat d'un rabbin

Parmi les invités, Salah Hamouri, présenté comme un "avocat franco-palestinien, défenseur des droits humains, ancien prisonnier politique". Il avait été incarcéré entre 2005 et 2011, pour complicité avec le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), classé terroriste par Israël, et pour avoir projeté d'assassiner un rabin, Ovadia Yossef, l'un des leaders du parti religieux d'extrême-droite, Shass.

Pour Sébastien Michel, maire LR de la ville d'Ecully, "inviter un individu condamné pour participation à une tentative d’assassinat déguisé en prisonnier politique, c’est la dernière trouvaille de Grégory Doucet". A noter que Salah Hamouri avait d'abord nié les faits, puis plaidé coupable pour réduire sa peine, sans toutefois reconnaître les faits.

Conditions de détentions condamnées par les ONG

En mars 2022, il a été placé en détention administrative, une procédure qui permet au renseignement intérieur israélien de retenir une personne sans limite de temps et sans lui notifier ce qu'on lui reproche.

Lire aussi : Pourquoi la Métropole de Lyon annule-t-elle un voyage scolaire à Auschwitz ?

Le patron de la droite lyonnaise, Pierre Oliver, n'a pas manqué non plus l'occasion de s'indigner : "Le masque écologiste tombe pour laisser place au véritable visage de cette majorité municipale, celui de l’indignité." La Région Auvergne-Rhône-Alpes de Laurent Wauquiez a quant à elle souhaité rappeler que "les trente ans des accords d’Oslo devraient être un moment de rassemblement organisé dans une démarche commune. Cette célébration ne doit pas contribuer à renforcer les divisions".

Un déplacement en Israël

De son côté, la Ville de Lyon a rappelé que "le 18 décembre 2022, le ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères a d’ailleurs condamné la décision d’expulsion prise à son encontre par l’Etat d’Israël, la considérant contraire au droit". Elle conclut son communiqué en assurant que : "Soucieuse de maintenir et d’entretenir ce dialogue permanent et cette écoute de part et d’autre, une délégation de la Ville de Lyon se rendra en déplacement en Israël dans les prochains mois."

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut