Le Lapin dans la Lune, place des Terreaux, de Renato Gonzalez-Gutierrez et Sarah Matry-Guerre. (Photo Hadrien Jame)

Les immanquables de la Fête des Lumières 2021

Lyon Capitale vous propose sa sélection des œuvres majeures de la Fête des lumières 2021. L’édition oscille entre des créations qui interpellent, d’autres plus intimistes et des boucles vidéo plus classiques.

Le Lapin dans la Lune, place des Terreaux

Visions, colline de Fourvière, Benjamin Nesme. (Photo Hadrien Jame)

Cette année, c’est l’artiste mexicain Renato González-Gutierrez qui a décroché la place la plus convoitée de la Fête des lumières. Toutes les façades des Terreaux seront habillées par un conte aztèque, Le Lapin dans la Lune, une allégorie de la solidarité. “Une création destinée à tout le monde et particulièrement aux enfants”, explique Julien Pavillard, directeur des événements de la ville de Lyon. L’œuvre de Renato González-Gutierrez est l’une des seules boucles vidéo de la Fête des lumières 2021.

La Vague, place Bellecour

La Vague, sur la place Bellecour, par Sébastien Lefèvre. (Photo DR)

C’est une vague monumentale qui déferlera sur la place Bellecour du 8 au 11 décembre. L’artiste Sébastien Lefèvre va installer 350 voiles mises en lumière pour former une œuvre de 20 mètres de haut et 80 mètres de long. Son créateur est un habitué de la Fête des lumières. Il a déjà illuminé avec des voiles les ponts Lafayette (2012) et Schuman (2014).

La Créature du lac, parc de la Tête-d’Or

Ricochets, de Jérôme Donna, au parc de la Tête d'Or. (Photo DR)

La lumière n’était jamais allée aussi loin dans le parc de la Tête-d’Or. De la porte du Rhône au bout du lac, trois animations seront proposées aux festivaliers. Ils seront accueillis par Hydra, un immense serpent de mer protecteur de la faune et de la flore du parc. Ils déambuleront ensuite au bord du lac, guidés par des lampions en osier, et concluront leur cheminement sur un geste enfantin : Ricochets. Une œuvre mise en lumière par les équipes de la direction de l’éclairage urbain de la Ville de Lyon. Les rebonds lumineux sur l’eau finiront leur course projetés sur une toile constituée par le feuillage des arbres. Les organisateurs ont aussi imaginé une liaison entre les animations de la Presqu’île et la porte des enfants du Rhône. Leur chemin sera guidé par des carpes suspendues sur les berges du Rhône. La municipalité relie ses poissons à la Fête de l’eau dont la première édition se tiendra en juillet 2022.

Games of Light, parc Blandan

Pour la première fois de son histoire, la Fête des lumières illuminera le parc Blandan dans le 7e. Ce site a été choisi pour accueillir l’une des évolutions voulues par la nouvelle majorité écologiste. L’animation s’adressera principalement au jeune public, suivant le fil rouge d’un mandat qui ambitionne de faire de Lyon une ville à hauteur d’enfants. Les illuminations portent sur le thème d’une fête foraine. “Les familles pourront faire des parties de jeu endiablées, dans un lieu tranquille en marge des feux de la Fête des lumières”, avance Marion Traversi, chargée de projet.

Phénix, place Louis-Pradel

Phénix de Julien Menzel, place Louis Pradel. (Photo DR)

L’œuvre est symbolique à plus d’un titre. Le Phénix de la place Louis-Pradel se parera du 8 au 11 décembre des couleurs d’oiseaux d’espèces menacées d’extinction, comme une piqûre de rappel sur les conséquences du réchauffement climatique. Des chants d’oiseaux enregistrés en Guyane assurent la bande-son de cette illumination. Cet oiseau de feu est aussi une allégorie de l’histoire récente du 8 décembre. Il peut être perçu comme le retour de la lumière après une année blanche en raison de la crise de la Covid-19 en 2020.

Visions, Vieux-Lyon

Visions, colline de Fourvière, Benjamin Nesme. (Photo Hadrien Jame)

Cette année, la colline de Fourvière restera dans l’ombre. L’artiste chargé d’illuminer ce secteur a préféré se concentrer sur les façades des immeubles situés entre la cathédrale Saint-Jean et le palais de justice, le long du quai. Des gravures d’une faune et d’une flore imaginaires seront projetées à partir de vitraux fabriqués dans la région lyonnaise. L’œuvre mélange ainsi des techniques artisanales séculaires et des outils numériques du XXIe siècle.

Museum of the Moon, les Subsistances

Museum of the Moon, aux Subsistances, de Luke Jerram.. (Photo Hadrien Jame)

C’est l’une des nouveautés de cette édition 2021. Pour la première fois, les Subsistances vont accueillir la Fête des lumières. Le lieu culturel fait même coup double avec deux œuvres. Museum of the Moon propose dans la grande verrière une expérience inédite : observer la Lune sous tous ses angles et ainsi percer les secrets de sa face cachée. Dans la cour des Subsistances, c’est une œuvre participative, 20 Watts, qui accueillera les visiteurs. Elle a été construite par des habitants de la métropole de Lyon en parcours d’insertion professionnelle.

Iris, cathédrale Saint-Jean

Iris, palce Saint-Jean, de Jérémie Bellot et AvExtended. (Photo Hadrien Jame)

Dans une Fête des lumières qui veut questionner notre sens de la perception, Iris fait dans le tape-à-l’œil. L’œuvre, en mapping, promet d’être riche en couleurs. “Elle questionnera notre rapport au visible, car notre vision dépend de la lumière que l’on reçoit”, souligne l’un des membres du collectif AV Extended qui signe aussi la bande-son de l’œuvre.

Planétoïdes, rue de la République

La rue de la République va se transformer en planétarium à ciel ouvert à partir du 8 décembre. Des dizaines de cercles lumineux vont illuminer la rue piétonne et commerçante du centre de Lyon. Les couleurs prises par ces cercles métalliques changent de manière aléatoire. Pitaya, le collectif qui signe l’œuvre en fait un clin d’œil aux “aventures spatiales” ayant rythmé l’actualité ces derniers mois, de SpaceX à Thomas Pesquet. Place de la République, d’autres formes géométriques, 56 cadres lumineux, inviteront à un nouveau regard sur la perspective.

 

Géométrie variable, quais de Saône

C’est l’une des œuvres les plus intrigantes et les plus arty du programme. Caty Olive de la BF15, une galerie lyonnaise d’art contemporain, va installer des barres lumineuses, construites à partir de néons recyclés, dans les arbres qui délimitent le cheminement sur le quai Romain-Rolland. Cette installation propose de recréer l’ambiance d’une balade en forêt qui ne se veut pas forcément rassurante. L’œuvre est mise en musique par un conte chanté dans une langue imaginaire qui, elle aussi, ne promet pas d’être engageante. Géométrie variable est l’une des œuvres mises en avant par la majorité écologiste quand elle évoque une édition qui amène le visiteur à réfléchir.


Les animations sont à voir du mercredi 8 au samedi 11 décembre. De 19 h à 23 h mercredi et jeudi et de 20 h à minuit vendredi et samedi soir

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut