Lundi 4 avril, les policiers municipaux réalisaient un contrôle routier pédagogique pour faire respecter la Ville 30. (Photo Hadrien Jame)

La pédagogie comme mot d'ordre pour les premiers jours du passage de Lyon en ville à 30 km/h

Moins d’une semaine après le passage de plus de 80% des rues de Lyon à 30 km/h, la municipalité tient sa ligne de conduite pédagogique auprès des automobilistes. Rappel de la règle et des sanctions ou flyer sur la Ville 30, tout est bon lors des contrôles pour informer les conducteurs pas toujours au courant de la mesure ou des axes passés à 30. Reportage. 

"Vous êtes sur un axe limité à 30 km/h madame." Cette phrase, lâchée par un motard de la police municipale de Lyon à une automobiliste arrêtée sur le bord du quai Perrache, dans le 2e arrondissement de Lyon, les forces de l’ordre la répètent presque automatiquement aux conducteurs qu’ils arrêtent en excès de vitesse depuis le 30 mars. En réponse, ces derniers ont souvent le droit à un "Ah bon ? Depuis quand ?", prononcé avec étonnement, ou un "C’est limité à 30 ici ?", soufflé avec un air contrit.

Lire aussi : Passage de Lyon à 30 km/h, les automobilistes doivent lever le pied à partir de ce mercredi

Ce lundi 4 avril, à l’heure du déjeuner, les yeux rivés derrière un radar jumelle, le maire de Lyon contrôle la vitesse des automobilistes aux côtés des membres de l’Unité mobile de circulation (UMC) à la Confluence. L’édile profite du soleil pour venir constater sur le terrain les effets de sa mesure lancée le 30 mars à la Duchère. 

Jumelles devant les yeux, le maire de Lyon, Grégory Doucet, s'essaye au contrôle de vitesse pour faire respecter la vitesse à 30 km/h. (Photo Hadrien Jame)

Une mesure pour réduire les accidents

Force est de constater que moins d’une semaine après le passage de 84% des rues de Lyon à 30 km/h les automobilistes n’ont pas encore tous pris le pli, qu’ils soient originaires de Lyon ou simplement en transit. Entre ceux qui ne sont tout simplement pas au courant du changement ou qui ne connaissent pas encore les axes limités à 30, les excès de vitesse sont encore nombreux.


"La priorité c’est avant tout de réduire d’abord le nombre de blessés graves et d’accidents sur nos routes"Grégory Doucet, maire de Lyon


Bien consciente de l’importance de cette (ré)volution pour les conducteurs de deux et quatre roues, la municipalité a donc préféré jouer la carte de la pédagogie pendant un mois. D’autant que le maire de Lyon, Grégory Doucet, l’affirmait encore une fois ce lundi matin, "la priorité c’est avant tout de réduire d’abord le nombre de blessés graves et d’accidents sur nos routes. Notre objectif c’est de rendre les voies plus sûres et d’assurer un meilleur partage de l’espace". 

Beaucoup de sensibilisation à faire

À entendre l’élu écologiste, pour le moment les retours seraient "plutôt positifs", ce que confirme Christophe Spaeter, le directeur de l’UMC, selon qui "la mesure est plutôt respectée et les échanges sont cordiaux avec les conducteurs en infractions". Ce qui ressort c’est plutôt l’étonnement, la surprise de ces derniers de voir un axe qu’ils empruntent parfois tous les jours depuis des années passer du jour au lendemain à 30 km/h. 

Les automobilistes n'étaient soit pas au courant de la mesure, soit ne connaissaient pas les axes passés à 30 km/h. (Photo Hadrien Jame)

Arrêté à 50 km/h, un automobiliste de l’Ouest lyonnais ne cache pas sa surprise aux policiers, qui lui rappellent que son excès de vitesse de 20 km/h lui fait courir le risque d’une amende de 135 euros et d’un retrait de 2 points sur son permis. Embarrassé, il confie alors avoir entendu parler de la mesure, mais assure qu’il ne "savait pas quand elle entrait en vigueur" et qu’il ne connaît donc pas les axes passés à 30 km/h. Pour cette fois, comme de nombreux autres conducteurs tout au long du mois d’avril, il s’en tire avec une explication de son infraction et des informations sur la Ville 30 condensées dans un petit flyer intitulé : "Lyon passe à 30 km/h pour accélérer le bien-être de tous".

Lire aussi : Passage de Lyon en Ville 30 fin mars : ce qui change, toutes ces rues qui restent à 50 km/h 

"La suite logique de la politique de la ville"

Quelques minutes plus tard, une automobiliste au volant d’une petite voiture jaune se fait elle aussi rappeler à l’ordre par les motards. Pas du tout au courant de l’existence de la Ville 30, cette femme originaire d’Annonay et qui ne travaille pas à Lyon porte un regard circonspect sur la mesure : "Si ça peut éviter les accidents pourquoi pas, maintenant je ne suis pas certaine que tout le monde le respecte et fasse attention. Il faut voir dans le temps, surtout qu’il y a déjà pas mal de bouchons à Lyon, ça va en faire encore plus", explique-t-elle, bien heureuse d’avoir échappé à une amende pour son excès de vitesse de 8 km/h. 


"Si ça peut éviter les accidents pourquoi pas, maintenant je ne suis pas certaine que tout le monde le respecte et fasse attention", une automobiliste d'Annonay arrêtée à 38 km/h


En attendant les sanctions, ce que mettent évidence ces contrôles c'est globalement le manque d’information des conducteurs, bien que la ville ait largement communiqué depuis plusieurs semaines sur ce changement. Pour l’instant et pendant un mois, la pédagogie sera donc de mise afin de faciliter la transition, avant que les sanctions ne tombent au mois de mai et que la Ville 30 ne "rentre petit à petit dans les us et coutumes" estime Christophe Spaeter. Rien de moins que "la suite logique de la politique de la ville de réduire le nombre de véhicules, de diminuer la vitesse, de piétonnier un certain nombre de rues et de favoriser les transports en commun" à Lyon, souffle un automobiliste pris en infraction avant de reprendre la route, désormais averti.

Le site Onlymoov répertorie les limitations de vitesse en vigueur sur les routes de la ville de Lyon. (Capture d'écran Onlymoov)

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut