“Gérard Collomb a un mode de fonctionnement très autocratique”

Stéphane Guilland se bat depuis quatre mois avec Gérard Collomb pour connaître le coût du déplacement à Lyon d’Emmanuel Macron le 2 juin dernier. Le conseiller municipal LR du 8e explique sa démarche dans L’Autre Direct.

Pour le déplacement ministériel d'Emmanuel Macron à Lyon, le 2 juin, Gérard Collomb avait mis les petits plats dans les grands à l'hôtel de ville. Une réception où n'avait pas été conviée l'opposition. Cette absence d'invitation a fait réagir Stéphane Guilland, conseiller municipal LR du 8e arrondissement : "Gérard Collomb avait reçu entre 800 et 1000 personnes, mais avait oublié d'inviter l'opposition. À partir de ce moment-là, j'ai considéré qu'il ne recevait pas le ministre, mais le candidat. Quelque part, l'avenir nous a donné raison."

“J’ai demandé six fois les chiffres, sans réponse”

Une pratique "symptomatique" de la gestion de Gérard Collomb, selon Stéphane Guilland : "Aujourd'hui, Gérard Collomb a un mode de fonctionnement très autocratique. Très peu respectueux des droits de l'opposition. À l'avant-dernier conseil municipal, il a refusé la parole à un élu d'opposition, alors qu'en démocratie la parole est un droit. La réception d'Emmanuel Macron s'inscrit dans un mode de fonctionnement auquel il faut dire stop. C'est ce que j'ai fait."

Pourtant, malgré plusieurs requêtes, le maire de Lyon n'a pas donné de chiffres : "J'ai demandé six fois les chiffres, affirme Stéphane Guilland. Sans réponse. Aujourd'hui, le délai est parti pour saisir la Cada [Commission d'accès aux documents administratifs, NdlR], qui devrait l'obliger à me donner le coût de la réception. Chaque élu, et chaque citoyen, a le droit à l'information et il est important, je pense, que nous puissions avoir cette information."

“À chaque présidentielle, il a soutenu le mauvais candidat”

Stéphane Guilland revient aussi dans l'entretien ci-dessous sur le soutien sans faille du maire de Lyon à Emmanuel Macron : "A chaque présidentielle, il a soutenu le mauvais candidat. Son soutien n'est pas étonnant, il a toujours été le vilain petit canard du PS et est frustré de ne jamais avoir été ministre, malgré une vraie réussite au niveau local. On n'est pas élu trois fois de suite sans un ancrage réel. En revanche, il n'a jamais percé au niveau national et chez lui c'est un élément qui fait que sa carrière est imparfaite."

Retrouvez l'intégralité de notre entretien avec Stéphane Guilland dans la vidéo ci-dessous.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut