« La Traboule » dans le Vieux-Lyon, un bar associatif du mouvement d’extrême-droite Génération identitaire © Antoine Merlet

Extrême-droite à Lyon : possible reconstitution de Génération Identitaire ? Les réponses de Darmanin

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, était en déplacement à Lyon jeudi 7 octobre. Il a abordé le sujet d'une possible reconstitution de l'association d'extrême-droite Génération Identitaire, dissoute en mars 2021. Deux de leurs anciens locaux ont rouvert, et les actions de militants d'extrême-droite ne faiblissent pas à Lyon.

Début septembre, la salle de boxe "l'Agogé", et le bar "la Traboule", ont annoncé leur grande réouverture sous le nom "Les Remparts". Ces deux locaux étaient le repaire de l'association Génération Identitaire, dissoute en mars 2021 car jugée responsable de provocations à la haine et à la discrimination. Dans un communiqué, les Remparts assurent être un lieu jouant "un rôle communautaire, culturel et sportif plutôt que politique". D'autres y voient la reconstitution de l'association Génération Identitaire, ou du moins, le maintien des liens et des activités de ses militants.

Lire aussi : Lyon : Génération identitaire, c'est fini

En visite à Lyon le 7 octobre, Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, a abordé le sujet "Si les services de renseignement, qui font leur travail au moment où je vous parle, prouvent qu'il y a un regroupement et une reconstitution de ligue dissoute, nous prendrons nos responsabilités. (...) Les peines de prison pour reconstitution de ligue dissoute sont extrêmement importantes", a-t-il assuré. Une prise de parole qui intervient alors que depuis le début de l'année, les démonstrations de force de militants d'extrême-droite, revendiquées, se multiplient dans la ville de Lyon.

Violences et parades

L'attaque de la libraire anarchiste "La Plume Noire" (1er), par des militants d'extrême-droite avait fait grand bruit en mars 2021. Les vitrines du commerce ont été brisées par des jets de projectiles, alors qu'une collecte alimentaire pour les sans-abris s'y tenait. Dans le canal Telegram d'extrême-droite "Ouest Casual", cette attaque a été revendiquée le 22 septembre 2021, dans un post accompagné d'un montage vidéo filmé du point de vue des assaillants. Mais cette attaque n'est pas le seul fait revendiqué à Lyon par des militants identitaires et d'extrême-droite sur le canal Ouest Casual. Sur la fin du mois de septembre, et début octobre, on retrouve trois démonstrations de force revendiquées.

Lire aussi : Lyon : la librairie La Plume Noire victime de jets de pierres

Le 29 septembre, à la sortie d'une conférence sur l'extrême-droite organisée par la Ville de Lyon, des militants antifascistes lyonnais sont agressés dans un tramway à Perrache. "Une dizaine de fafs restent guetter l'arrêt de tram. Le moment venu, ils chargent le tram où a été repéré une douzaine d'antifas", relate le post de Ouest Casual, qui s'en félicite. De sont côté, le militant antifasciste lyonnais, porte-parole de la Jeune Garde, Raphaël Arnault, dénonce l'attaque et évoque un antifasciste blessé par un "coup de cutter à la main".

Le canal diffuse également une vidéo datant du 30 septembre, où un groupe d'hommes, habillés de noir, courent dans une rue de Lyon. Le cri raciste et suprémaciste blanc "White Power" retentit. Une légende accompagne la vidéo : "Des hooligans lyonnais après le match Lyon-Bondby". Enfin, le 1er octobre, le canal rapporte l'attaque d'un militant antifasciste de la Jeune Garde, "aperçu par de jeunes Gones". "La sanction est immédiate, gauche-droite-gauche-front kick", se félicite le post, faisant référence à des coups portés. La publication se conclue par "la saison de la chasse est ouverte". Comprendre : la chasse aux antifas.

Si les manifestations de l'extrême-droite ne sont pas toujours aussi violentes, son emprise peut être aussi plus discrète et insidieuse. Nous évoquions notamment la présence de l'extrême-droite dans les manifestations anti-pass sanitaire. À Lyon, l'extrême-droite joue sur plusieurs fronts.

Lire aussi : À la manifestation appelée par "Coronafolie" à Lyon, l'opposition au pass sanitaire côtoie l'extrême-droite et le complotisme

 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut