Robinet.
Le conseil métropolitain a voté, lundi 13 décembre, la création d’une régie publique chargée de la gestion de l’eau dans l’agglomération.

Eau à Lyon : où va l'argent de la redevance ?

Alors que l'eau de la Métropole de Lyon passe en régie publique le 1er janvier 2023, Lyon Capitale fait le point sur le cycle de l'eau dans notre ville et sur l'utilisation de la redevance sur l'eau en bas de l'article.

CI-DESSOUS : Notre schéma explicatif de la redevance sur l'eau : 

Lire aussi : Pourquoi une nouvelle régie publique de l’eau à Lyon ?

Le cycle de l'eau en ville : 

Le captage : Il s’agit du moment où l’on prélève l’eau du sol grâce à des puits. 95 % de l’eau de la métropole de Lyon provient de la nappe d’accompagnement du Rhône de la zone de captage de Crépieux-Charmy au nord-est de Lyon. 226 000 m3 sont prélevés chaque jour, soit une tour Incity et demie, ou 90 piscines olympiques.

La production d’eau potable : L’eau de la métropole issue de cette nappe est naturellement de très bonne qualité et ne subit donc aucun autre traitement qu’une goutte de chlore pour 1 000 litres afin d’éviter les bactéries.

 Le stockage : L’eau est ensuite stockée dans de grands réservoirs, plutôt en ville, ou dans des châteaux d’eau afin de la distribuer ensuite. Il y a en tout soixante-cinq lieux de stockage à l’échelle de la métropole de Lyon. La réserve d’eau joue un rôle de tampon entre le débit demandé par les abonnés et le débit fourni par la station de pompage.

La distribution : C’est l’étape qui permet au consommateur d’accéder à l’eau potable, tant pour les particuliers que les bureaux ou l’industrie.

 L’assainissement : L’eau est ensuite envoyée dans l’une des douze stations d’épuration de la métropole, dont une station à filtre planté de roseaux à Marcy-l’Étoile. Plus d’un million de mètres cubes d’eau par jour peuvent être traités, l’eau de pluie l’est aussi en partie. Par des procédés physiques et biologiques, les stations réalisent l’élimination de la majeure partie de la pollution contenue dans ces eaux usées, afin de protéger le milieu naturel récepteur. Finalement, 87 % des boues sont incinérées et 1 % est composté. 3 216 km d’égouts permettent de transférer ces eaux usées. C’est sept fois la distance Lyon-Paris. Les stations de Saint-Fons et Pierre-Bénite traitent à elles seules plus de 95 % des effluents de l’agglomération.

L’eau est ensuite rejetée. Bien qu’elle ne soit pas propre à la consommation humaine, elle ne constitue pas une dégradation pour la faune et la flore où elle est évacuée.

RETROUVEZ CI-DESSOUS NOTRE SCHEMA EXPLICATIF :

En chiffre : 

‘ 370 000 abonnés à l’Eau du Grand Lyon
‘ 1 goutte de chlore pour 1 000 litres
‘ 226 000 m3 sont prélevés chaque jour, soit une tour Incity et demie, ou 90 piscines olympiques
‘ 95 % de l’eau de la métropole de Lyon provient de la nappe d’accompagnement du Rhône de la zone de captage de Crépieux-Charmy
‘ 65 lieux de stockage à l’échelle de la métropole de Lyon
‘ Plus d’un million de m3 d’eau par jour peuvent être traités dans les stations d’épuration
‘ 12 stations d’épuration
‘ 87 % des boues sont incinérées et 1 % est composté
‘ 3 216 km d’égouts permettent de transférer ces eaux usées. C’est 7 fois la distance Lyon-Paris

Lire aussi : Régie publique de l'eau : "Nous voulons que les citoyens se ressaisissent de la gestion du bien commun"

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut