Ce mardi 16 novembre, vers 8h30, plusieurs activités de Greenpeace ont décidé de bloquer une entrée du site d’Orano, à Pierrelatte, pour empêcher le départ d’un convoi d’uranium usé. (Crédit : Maïté Maldi – Greenpeace)

Dans la Drôme, des militants de Greenpeace bloquent le transport d’uranium usé

Ce mardi 16 novembre, plusieurs activistes antinucléaires de l’organisation Greenpeace ont bloqué un centre de stockage dans la Drôme, d’où partent des trains transportant de l’uranium usé. 

Plusieurs activistes de Greenpeace opposés au nucléaire ont décidé de bloquer la voie de chemin de fer qui permet d’accéder au site de stockage d’Orano, à Pierrelatte, dans la Drôme. En garant un camion sur le rail, ce mardi 16 novembre, ils ont tenté d’empêcher le départ d’un convoi transportant de l’uranium usé à destination de la Sibérie, en Russie, selon eux. 

Partagée sur les réseaux sociaux, cette action coup de poing vise à dénoncer "l’inconscience de l’industrie et du gouvernement dans la gestion de ces matières !", précise l’organisation qui revendique agir "pour protéger l’environnement, le climat, la biodiversité". Par ailleurs, ils demandent au gouvernement de faire cesser "tout transport ou projet de transport d’uranium de retraitement vers la Russie". 

Les gendarmes sont sur place

Selon nos confrères de France 3, qui se sont rendus sur place, six activistes se sont enchaînés au camion garé devant l’entrée du site. L’opération a été diffusée en direct sur Twitter. Des gendarmes ont été déployés sur place en milieu de matinée pour les faire évacuer. 

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut