De gauche à droite : Nicolas Resseguier, Hélène Dromain, Didier Bruno, Pierre-Henri Grenier et Pascal Le Merrer ©Julien Barletta

"Bifurcation" pour les Journées de l'économie

La 15e édition des Journées de l'économie se tiendra du 15 au 17 novembre prochain. Les trois journées seront centrées sur le thème "bifurcation des économies."

Cette année, les Journées de l'économie (sont Lyon Capitale est le partenaire média) organisées depuis 15 ans par l’économiste Pascal Le Merrer en reviennent aux bases. À la sortie d'une crise sanitaire et à l'aube d'une crise énergétique, le besoin d'expliquer et de vulgariser les problématiques économiques se fait sentir. "Cette édition ressemblera beaucoup à la première", explique Pascal Le Merrer, fondateur et directeur général de l'événement. "Nous avons commencé avec la crise de 2008, et cette année, même si les enjeux sont différents, la situation est similaire", poursuit-il.


"Cette édition ressemblera beaucoup à la première (...) même si les enjeux sont différents la situation est similaire", Pascal Le Merrer, fondateur et directeur général des Journées de l'économie


Pour cette édition, les Journées de l'économie proposeront une soixantaine de conférences avec 250 intervenants (universitaires, dirigeants d'entreprises, représentants syndicaux, etc...) Les différentes conférences seront assurées soit en présentiel, soit en ligne. Une retransmission de toutes les interventions sera diffusée sur le site officiel des Journées de l'économie. Quatre lieux de rencontre ont été mis en place à la Bourse du Travail, à l'Université catholique de Lyon, à l'INSEEC et à Lyon 3.

Un événement qui mise sur la pédagogie

Parmi la multitude de partenaires, les Journées de l'économie se dotent de 4 mécènes de choix : la Banque Populaire, la Banque de France, la Caisse d’Épargne et le Grand Lyon. Tous se félicitent de participer au projet et clament l'importance de rendre les sciences économiques accessibles à tous. Au-delà des partenaires, Jean Tirole, prix Nobel d'économie en 2014 sera le grand témoin de l'édition et participera à différentes tables rondes notamment sur les sujets de l'industrialisation.

Rendre accessible l'économie et expliquer à tous les enjeux actuels, voici les missions que se sont donné les Journées de l'économie. Un point de vue partagé par les banques mécènes de l’événement. Didier Bruno, membre du directoire de la Caisse d’Épargne Rhône-Alpes se félicite : "cela va nous permettre de nous nourrir intellectuellement pour que nous puissions aussi apporter une lecture de la situation à nos clients et collaborateurs." Pour sa part Pierre-Henri Grenier de la banque Populaire voit le secteur financier comme un "passeur, un observateur."


Pierre-Henri Grenier de la banque Populaire voit le secteur financier comme  "un passeurs, un observateurs."


Deux thèmes au centre des débats

Premier thème qui va prendre une grande part des débats dans cette 15e édition : l'environnement. Voilà l'une des "bifurcations" annoncées par le directeur général de l'évènement. "C'est un moment bienveillant pour les innovations", explique Pierre-Henri Grenier, "il faut réagir, inventer quelque chose pour une énergie décarbonée moins chère." La réflexion sera donc tournée vers les sujets de la transition énergétique et d'environnement.

Second thème, l'inflation qui fait grand débat dans l'opinion publique. Les intervenants argumenteront sur le sujet et répondront à l'inquiétude montante. La semaine prochaine, la Banque de France devrait publier une enquête sur l'inflation et sa perception dans la société. "On s'est rendu compte que l'âge et le niveau social avaient une grande influence dans l'opinion qu'on se fait de l'inflation", déclare Nicolas Resseguier, chef du service financier de la Banque de France Auvergne Rhône-Alpes.

Les journées de l'économie c'est des débats d'idées et de l'information qui aidera à mieux comprendre les enjeux à venir.

Lire aussi : 43 000 personnes ont suivi les Journées de l'Économie 2021 à Lyon

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut