Cours d’assises de Lyon. @WilliamPham

Agression d’un prêtre orthodoxe en 2020 à Lyon : le parquet requiert un jugement aux assises

L’homme de 42 ans qui a avoué avoir tiré à deux reprises sur un prêtre orthodoxe à Lyon en octobre 2020 pourrait être jugé aux assises au côté de sa femme. 

Deux ans après l’agression par arme à feu du prêtre grec Nikolaos Kakavelakis dans le 7e arrondissement de Lyon, le parquet a réclamé le renvoi de son agresseur devant la cour d’assises pour "violences avec arme à feu, suivies d’une infirmité permanente", selon une information du Monde confirmée par l’AFP. 

Lire aussi : Prêtre blessé par balles à Lyon : accusé sur les réseaux sociaux, Jean-Michel Dhimoïla s'explique

Interpellé une semaine après les faits, le tireur d’origine géorgienne avait initialement été mis en examen pour "tentative d’assassinat". Le parquet a néanmoins estimé que la volonté d’homicide n’était pas caractérisée, requérant plutôt le renvoi pour "violences avec arme", avec la circonstance aggravante "d’infirmité permanente" infligée à la victime, ce qui entraîne la qualification criminelle et un procès devant la cour d’assises. In fine, la décision reviendra au juge d’instruction, qui doit rendre son ordonnance de mise en accusation dans les prochaines semaines précise l’agence de presse. 

Pour l'épouse du tireur aussi

Le prêtre orthodoxe de 53 ans qui avait été blessé au flanc et à l’abdomen entretenait une liaison adultère avec l’épouse du tireur, aujourd’hui accusé d’avoir voulu se venger. Âgée de 37 ans, la conjointe du tireur et maîtresse du prêtre fait également l’objet d’une demande de renvoi devant les assises. Elle est suspectée d’avoir fourni des indications déterminantes sur la présence de la victime dans l’Église orthodoxe. Une version qu’elle aurait réfutée, expliquant qu’elle était sous emprise de son mari et en proie à la peur. 

Retourné en Grèce depuis son agression, Nikolaos Kakavelakis était arrivé à Lyon en 2008. Il faisait par ailleurs l’objet de signalements de la part de son épouse pour des faits de violences conjugales.

Lire aussi : Prêtre blessé à Lyon : le tireur aurait voulu se venger de la liaison entre sa conjointe et le prêtre

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut