faits divers
© Tim Douet

À Lyon et dans le Rhône, la sécurité des élus va être renforcée 

Alors que ces dernières semaines plusieurs élus français, à l’instar de Thomas Rudigoz, Alexandre Vincendet ou encore Jérémie Bréaud dans le Rhône, ont fait l’objet de messages de menaces, le ministre de l’Intérieur a demandé ce mardi aux préfets de renforcer leur sécurité. 

Le jour de la Fête nationale le député LREM de la 1re circonscription du Rhône, Thomas Rudigoz recevait des menaces de mort, au même titre que plusieurs autres parlementaires, après avoir salué un discours d’Emmanuel Macron, qui abordait notamment la question de la vaccination contre le Covid-19. Depuis, l’élu a retrouvé des messages anti-pass sanitaire sur sa permanence fin septembre, mais qui, il l’assurait alors, ne l’ont pas "détourn[é] de [s]es convictions". 

Lire aussi : Lyon : "c'est des vraies balles que vous allez vous prendre", le député LREM du Rhône, Thomas Rudigoz, menacé de mort

Lyon : la permanence du député Thomas Rudigoz taguée par des anti-pass sanitaire

Des maires et des députés menacés

Thomas Rudigoz est loin d’être le seul élu à avoir fait l’objet de menaces dans le Rhône au cours des dernières semaines. Deux autres députés de la majorité, Anissa Khedher (7e circonscription)  et Jean-Luc Fugit (11e circonscription), ont eux aussi reçu des messages menaçants dernièrement, laisse-t-on entendre du côte des services de l’État. 

Lire aussi : Métropole de Lyon : la police et le maire de Rillieux menacés de mort dans des tags

Avant eux, le maire Givors, Mohamed Boudjellaba (EELV), ou encore les maires de Rillieux-la-Pape, Alexandre Vincendet (LR), et Bron, Jérémie Bréaud (LR), avaient été menacés pour diverses raisons. Les deux édiles Les Républicains ont notamment vu leurs noms associés à des menaces de mort à plusieurs reprises ces derniers mois. 

Lire aussi : Près de Lyon : Jérémie Bréaud, le maire de Bron, de nouveau menacé de décapitation

Des signalements au parquet

La préfecture du Rhône l’assure, à chaque fois ces menaces ont fait l’objet de signalements auprès du parquet de Lyon, au titre de l’article 40, qui a ensuite ouvert des enquêtes. Ce mardi, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a demandé aux préfets de France d’augmenter la surveillance autour des permanences des élus et, si besoin, de leurs domiciles. "Aucune action d'intimidation, et a fortiori aucune violence, à l'égard des élus n'est tolérable", a-t-il ajouté dans un télégramme daté de mardi et consulté par l’AFP. 

Par ailleurs, le premier flic de France a également demandé à ce que les "messages de haine" repérés sur les réseaux sociaux soient signalés "au plus vite" à la plateforme Pharos (chargée de la lutte contre les contenus illicites sur internet). Selon les données du ministère de l’Intérieur, près de 1 300 menaces ou agressions contre les élus ont été enregistrées en 2020 en France. Un chiffre en très forte augmentation par rapport à l'année précédente où 421 avaient été relevées.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut