Gérard Collomb gaffe et “désespère” les services secrets britanniques


Par Justin Boche
Publié le 24/05/2017  à 17:31
1 réaction

En divulguant des informations des services secrets britanniques ce mercredi matin sur RMC/BFMTV, Gérard Collomb aurait “désespéré” les services secrets britanniques selon le journal The Guardian.

Gérard Collomb
© Tim Douet
Gérard Collomb

C'est une première polémique dont se serait bien passé Gérard Collomb. Le journal anglais The Guardian rapporte que le nouveau ministre de l'Intérieur français a passablement énervé les renseignements britanniques ce mercredi matin. Alors qu’Amber Rudd, la ministre de l'Intérieur britannique, s'était plainte ce matin des fuites dans les médias américains qui pouvaient compromettre l'enquête sur l'attentat de Manchester qui a fait 22 morts et 59 blessés, Gérard Collomb a déclaré sur BFMTV que Salman Abedi, le terroriste, était "sans doute" passé en Syrie et avait des liens "avérés" avec Daech. Pour le quotidien britannique, le nouveau ministre de l'Intérieur a dévoilé des éléments de l'enquête sur l'attentat de Manchester que les policiers britanniques souhaitaient garder sous silence.

“L’irritation [des services secrets britanniques] a tourné au désespoir”

Selon le Guardian, "l'irritation [des services secrets britanniques] aurait tourné au désespoir" après les propos de Gérard Collomb. Le quotidien anglais écrit que la "police et les services de sécurité ont de bonnes raisons de ne pas révéler certaines informations immédiatement. Notamment quand ces informations peuvent aider à l'enquête sur le réseau familial du suspect, ses collègues et ses amis avant qu'ils ne soient au courant". Visiblement aussi désespéré que les services secrets britanniques, le Guardian a expliqué que "l'une des règles de base du partage d'informations entre services de renseignement était que les autres agences ne divulguent pas ces informations. Le problème est que les agences américaines ou françaises sont obligées de transmettre les informations au président de la République, au Premier ministre et au ministre respectifs”. "Dans le passé, ces secrets étaient généralement respectés", regrette le journal.

“Le ministre de l’Intérieur a pris les précautions, lors de sa matinale, de ne pas commenter et entrer dans de quelconques détails sur l’affaire en cours”

"Il faut repositionner le contexte de la matinée, la réaction anglaise de mécontentement portant sur l’expression des quotidiens américains, et ayant eu lieu avant la matinale de RMC, s'est justifié l'entourage de Gérard Collomb au ministère de l’Intérieur. Nous tenons à rappeler qu’aucune autorité britannique ne s’est exprimée ce matin sur les propos du ministre de l’Intérieur. Amber Rudd et Gérard Collomb se sont encore entretenus hier soir au téléphone. Le ministre de l’Intérieur a pris les précautions, lors de sa matinale, de ne pas commenter et entrer dans de quelconques détails sur l’affaire en cours, qui est suivie par les autorités britanniques. Il a en effet commencé son propos en s’appuyant sur l’expression publique des enquêteurs britanniques. Ainsi, il a fait état du passage en Libye du terroriste, déjà connu, en évoquant l’hypothèse syrienne – parcours souvent vu chez d’autres terroristes – qui n’est pas établie à cette heure. Enfin, il a évoqué les liens avec le groupe Etat Islamique, qui a revendiqué cet attentat." Une chose est sûre, la prochaine fois, le maire de Lyon tournera 007 fois sa langue dans sa bouche avant de parler.

 

  • Actuellement 3 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3/5 (12 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
1 commentaire

Selon un sondage d'un autre mensuel local, 21.35% des sondés pense que G. Collomb ne restera pas longtemps en poste ministériel.

Signaler un abus | le 25/05/2017  à 14:06 | Posté par  Kasneh  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.