Ségolène Royal promet "de faire le ménage"

Ségolène Royal tenait meeting ce lundi à Villeurbanne. Commentant les révélations de Robert Bourgui sur le financement des campagnes de Jean-Marie Le Pen et Jacques Chirac, elle affirme qu'elle sera "la garante de la morale politique. On est là pour servir et non pour se servir."

"Je lui offrirai bien une montre"... Parole de militant, quelque peu agacé par le retard de Ségolène Royal. Annoncée à 19h, la candidate aux primaires citoyennes du PS arrivera 45 min plus tard, obligeant ainsi Jean-Jack Queyranne, président du Conseil Régional à chauffer une salle impatiente au centre culturel et de la vie associative à Villeurbanne. Dès son arrivée, la présidente de la Région Poitou-Charentes est finalement accueillie par les ovations d'usage "Ségolène présidente" ! On en attendait pas moins d'une salle de 800 personnes environ, acquise à sa cause.

Jean-Paul Bret, le maire de Villeurbanne, soutien de François Hollande, reçoit dignement son hôte mais en ne manque pas de préciser la venue des autres candidats de la primaire en terre lyonnaise. Ségolène Royal laisse alors échapper le seul pique de la soirée à ses adversaires socialistes, "mais c'est moi la première"  ! Entourée de sa porte-parole, la Lyonnaise Najat Vallaud -Belkacem, elle attaque aussitôt par un discours décrivant son programme. L'ancienne candidate du PS pour la présidentielle de 2007 se porte garante de la "morale au plus haut niveau de l'Etat" et rappelle ses thèmes favoris de campagne : la croissance verte, le soutien au PME, l'éducation, la sécurité...

La dernière ligne droite est lancée

Ses attaques, elle les réserve à la droite et à l'actuel chef de l'Etat sans pour autant prononcer son nom. Surfant sur l'actualité du jour, les révélations de Robert Bourgi sur des détournements de fonds -"une nouvelle humiliation sur la scène internationale"- elle rappelle sans relâche l'affaire Bettencourt, de Karachi, du Médiator tout en promettant l'inéligibilité à vie d'un politique condamné à une peine d'emprisonnement.

Elle promet de "faire le ménage", "et tant qu'à faire, il vaut mieux que ce soit une femme" qui le fasse. Ségolène Royal assure l'essentiel, ne manquant pas de dédicacer son livre en affichant un sourire de circonstance. La dernière ligne droite est lancée : les débats télévisés vont se succéder. Les sondages la placent toujours en troisième position derrière Hollande et Aubry. Ah oui c'est vrai, ils ne sont pas fiables, selon le camp Royal...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut