Najat Décines © Tim
© Tim Douet

Mort de Clément Méric : Belkacem pose la question des médias

Après la mort de Clément Méric, la porte-parole du Gouvernement Najat Vallaud-Belkacem soulève la question de la responsabilité des politiques et des médias “dans la manière dont ce discours de haine prospère".

Au lendemain de la mort de Clément Méric, militant d’extrême gauche battu à mort par les membres d’un groupe d’extrême droite, la porte-parole du Gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a soulevé sur i-Télé la question de la responsabilité des politiques et des médias “dans la façon dont ce type de discours de haine – et donc de passage à l’acte derrière de la part d’un certain nombre d’esprits influençables – prospère dans notre société”. “Nous, responsables politiques, nous devons condamner et dénoncer chaque fois qu’il y a une dérive, un dérapage même simplement langagier”, a-t-elle détaillé, avant d’inviter les médias à “ne pas donner plus d’audience que de raison à des groupuscules qui en profitent pour faire passer des idées insupportables pour la démocratie”.

Et d’évoquer l’élu au conseil régional Rhône-Alpes Alexandre Gabriac, qu’elle juge être devenu “une espèce de vedette médiatique qu’on n’arrête pas de retrouver à la télévision pour déverser un flot de paroles de haine et de violence”. La ministre lyonnaise conclut ainsi : “Quand on est responsable d’un média, il faut se poser la question de sa part de responsabilité.”

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut