Faut-il à nouveau abolir les privilèges ?

Faut-il abolir à nouveau les privilèges ? L’association de lutte contre la corruption Anticor publie ce mardi 4 août une pétition choc dans ce but.

Le 4 août 1789, les privilèges féodaux étaient symboliquement abolis par l'Assemblée constituante après une nuit d'émeutes et d'insurrections dans toute la France. L'association de lutte contre la corruption Anticor, créée en 2002, a symboliquement publié ce mardi une lettre ouverte à François Hollande, à Manuel Valls et aux députés, demandant l'abolition de ce qu'ils considèrent comme des privilèges, dans la République française de 2015.

"Nous agissons depuis des années, et nous constatons qu'il y a toujours un écart entre les grandes paroles politiques et la réalité. En matière de morale politique, c'est très moyen actuellement, nous explique Stéphane Sacquépée, référent Rhône de l'association Anticor. Globalement, les choses proposées dans la lettre sont des suggestions qui font consensus entre les associations de lutte contre la corruption, et ce sont des choses très concrètes."

Une lettre, dix propositions

Parmi les dix propositions de l'association, notons par exemple la fin de l'inviolabilité juridique dont bénéficie le président de la République, ou encore la suppression de la Cour de justice de la République afin que les élus soient jugés devant les mêmes juridictions que les autres justiciables.

"Nous ne sommes pas des Zorros, mais une force de proposition. Lorsque nous découvrons une preuve de corruption, notre première réaction est d'aller voir le politique concerné, d'en discuter, de chercher la compréhension. C'est notre démarche", nous explique Stéphane Sacquépée.

L'association revendique 54 groupes locaux et 1 200 adhérents. Présente depuis deux ans dans le Rhône, elle a lancé un groupe local lyonnais en janvier dernier. Celui-ci tient une réunion mensuelle, réunissant entre 100 et 200 personnes à chaque occurrence.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut