Bruno Bernard, la tête de liste écologiste.

Une nouvelle ligne de métro, ou pas, à Lyon : Bruno Bernard n'a pas d'avis tranché, il s'explique

Le Sytral a lancé une consultation depuis le 21 septembre sur l'avenir du métro à Lyon. Et propose notamment aux habitants d'échanger sur 4 projets de nouvelles lignes de métro. La position du président du Sytral et de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard, n'est pas tranchée. Il s'explique.

"Faut-il encore développer le métro à Lyon". Le Sytral a lancé le 21 septembre, pour trois mois, "une consultation inédite et innovante pour garantir l'intérêt général sur le développement futur du réseau métro".

  • la prolongation du métro A vers Décines-Meyzieu (coût selon le Sytral d'environ 1,6-1,7 milliard d'euro, avec 50 000 voyages/jour)
  • la prolongation du métro B vers Caluire-Rillieux (coût de 2,2 à 2,7 milliards d'euros, avec 70 000 voyages/jour)
  • la prolongation du métro D vers La Duchère (coût 1 à 1,2 milliard d'euro, avec 40 000 voyages/jour)
  • la création d'une ligne E vers Lyon 5e - Tassin (coût 1,5 à 2 milliards d'euros, avec 100 000 voyages/jour)

Une consultation "métros" en parallèle de nombreuses autres concertations mobilités lancées actuellement. Sur chacune d'entre elles, l'avis de Bruno Bernard, le président de la Métropole de Lyon et du Sytral, et de la majorité écologiste est claire. En amont, Bruno Bernard dit ce qu'il pense. Et ce qu'il souhaite. Le T9, c'est OUI, le T10, c'est OUI, le transport par câble, c'est OUI, l'extension de la ZFE, c'est OUI aussi, le BHNS, c'est OUI. Mais pour la consultation "métros", Bernard est moins clair.


"Sur le métro, je n'ai pas le même niveau de conviction"

Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon


A Lyon et à la Métropole, ses opposants politiques s'engouffrent dans la brèche et accusent Bernard de ne pas avoir de vision d'ensemble, de vision de territoire, ou tout simplement de ne pas dire "je ne veux pas d'une nouvelle ligne de métro".

Lire aussi : Une nouvelle ligne de métro à Lyon ? Une consultation lancée, Bruno Bernard reste flou

Pourquoi ne donne-t-il pas d'avis clair et net, comme pour les autres projets ? "Sur le métro, je n'ai pas le même niveau de conviction, c'est aussi simple que ça", confie Bruno Bernard. Je lance une consultation, les choses sont réellement ouvertes. On a des coûts importants de ligne, on a un nombre de voyageurs attendus, vous faites les ratio... Et vous voyez, que non, ce n'est pas une évidence", ajoute-t-il.

 

Pendant la campagne électorale de 2020, Bernard avait affiché ses réserves sur le métro E. Il assume. "C'est très facile quand vous faites les premières lignes de métro, vous savez que vous aurez du monde. Mais ensuite, quand on a des investissements très lourds pour un nombre de voyageurs beaucoup plus modestes, la question se pose. On ne peut pas uniquement raisonner par territoire de la Métropole, sinon et c'est normal, on met le métro dans les 59 communes. On ne peut pas raisonner comme ça. C'est pour cela que c'est important de partager les enjeux. Je ne sais pas ce qui va sortir de la consultation métro. Les personnes qui vont s'exprimer avec une vision d'agglo, c'est très intéressant de partager ça, d'avoir leur avis", poursuit-il.

"Où est-ce qu'on met nos priorités ?"

Pour développer un "plan métro", Bernard a évoqué l'idée d'arriver à un consensus politique. Mais c'est quoi un consensus politique, quand, forcément, les maires de Vaulx, Décines et Meyzieu défendent la prolongation de la ligne A, ceux de Caluire et Rillieux la prolongation de la B ou ceux de Tassin, Francheville, Sainte-Foy et Lyon 5e la création d'une nouvelle ligne E. Comment trouver un consensus ? "Un consensus ou une forte majorité, nuance Bernard.  Il va falloir qu'on rajoute des centaines de millions d'euros, voir plus, de la Métropole de Lyon. Il faut juste être clair. Où est-ce qu'on met nos priorités ? Et si il y a un consensus pour dire "oui, il faut un plan métro" alors en effet c'est un vrai atout pour le développement d'un plan métro. Mais si la moitié des élus disent : "non, ça coûte trop cher, il faudrait mieux faire autre chose", ça compte aussi".

Mais lui, Bruno Bernard, est-il convaincu par un "plan métro" ? "Je suis ouvert. Je suis encore dans l'interrogation", conclut-il. La décision du Sytral est prévue pour le printemps 2022.

En savoir plus :

Au mois de juin, Bruno Bernard répondait aux enjeux de mobilités dans la Métropole de Lyon dans notre émission 6 minutes chrono sur Lyon Capitale.

A retrouver ICI

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut