nordahl-lelandais-voudrait-qu-une-seule-arrestation-resolve-tout-ce-qu-n-pas-pu-resoudre
@DR

Un homme jugé pour avoir défendu Nordahl Lelandais sur Facebook

Originaire du Nord-Est de la France, un internaute est poursuivi pour apologie publique d'un crime, alors qu'il avait tenu, sous pseudonyme, des propos extrêmement choquants à l'égard de la petite Maëlys De Araujo, dont Nordahl Lelandais, toujours interné au Vinatier, à Lyon, a avoué le meurtre.

Derrière son clavier il qualifiait Nordahl Lelandais de "grand homme" digne d'être "admiré et respecté". Sous le pseudonyme de Mickaël Garnero, un internaute a tenu des propos extrêmement choquants à l'égard de la petite Maëlys, "une gamine moche", dont Nordahl Lelandais a avoué le meurtre. Le tout agrémenté de sous-entendus grossiers.

Le masque numérique de cet internaute s'est pourtant avéré bien frêle. Depuis leur siège de Nanterre, les enquêteurs spécialisés de la sous-direction de lutte contre la cybercriminalité de la police nationale ont réussi à remonter sa piste... en localisant son adresse mail. L'homme derrière le clavier est un Mosellan, originaire de la ville de Sarreguemines.

Selon la presse locale, il aurait reconnu les fait au cours de sa garde à vue. Remis en liberté, le Mosellan comparaître le 18 mai prochain devant la justice pour apologie publique de crime. Il risque cinq ans de prison et 45.000 euros d'amende.

Lire aussi : Affaire Maëlys, la carte des autres disparitions inquiétantes dans la région

à lire également
Une marche blanche a lieu ce lundi à Pont-de-Beauvoisin, à l'endroit même où a disparue la jeune Maëlys il y a un an dans la soirée du 26 au 27 août 2017. Une année durant laquelle l'enquête a d'abord piétiné avant les aveux du principal suspect,  Nordahl Lelandais.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut