Les Femmes savantes © Steph Bloch

Théâtre François-Ponsard de Vienne : une saison “100 % vivante”

La saison du théâtre viennois a démarré avec en ouverture, Alpha Kaba, un spectacle sur l’esclavage des migrants africains en Libye. Premier temps fort d'une programmation qui s'annonce dense et sensible aux sujets d'actualité.

On connaît l’amour de Michel Belletante, directeur du théâtre François-Ponsard de Vienne, pour les textes. Les œuvres de grands auteurs, les petites formes décalées, truculentes, ou des spectacles qui s’emparent de sujets interrogeant avec force notre société.

Alpha Kaba

À la carte de la saison du petit théâtre à l’italienne, des sujets d'actualité, comme Alpha Kaba qui nous confronte à l’esclavage des migrants africains en Libye d'après l’œuvre autobiographique Esclave des Milices, récit d'un journaliste guinéen. 

À voir également l’adaptation 100 % féminine des Femmes savantes ou Coupables, avec Anne Richard. Chacune à sa manière questionne la condition des femmes dans notre société. Le spectacle Lettres à Nour donne quant à lui, matière à réfléchir sur la radicalisation religieuse, sans caricature, dans une approche intime et sensible.

La programmation fait la part belle aux textes classiques, notamment avec l’indémodable Marivaux qui, comme personne d’autre, sait restituer les circonvolutions des sentiments amoureux. Badine avec Delphine Depardieu ou La Dispute, mis en scène par Agnès Régolo raviront ainsi les amoureux de la langue française. Les profs de français y trouveront là deux belles occasions pour sensibiliser leurs élèves aux figures de style…

Tchaïka © Estelle Valente

À ne pas rater également, le spectacle de marionnettes Tchaïka, inspiré de La Mouette de Tchekhov, dans une version libre et poétique, très prometteuse, qui verra la comédienne chilienne Tita Iacobelli livrer une performance bouleversante.


Les Raisins de la colère, une adaptation inédite


Autre événement, en octobre, le théâtre François-Ponsard propose la première adaptation théâtrale – et musicale –, après des années de négociation des droits, de l’immense œuvre de Steinbeck. Les Raisins de la colère nous transporte en 1929, pendant l’exode de la Grande Dépression aux États-Unis. Une fresque immortalisée au cinéma par John Ford et Henry Fonda.

Les raisins de la colère © Xavier Simonin

En décembre, Michel Belletante nous invite à réserver toute notre soirée pour rendre hommage, une fois de plus, à Victor Hugo. De 19 h à minuit, “Hugo Nox, Une Nuit Victor Hugo” propose un panorama de son œuvre – Ruy Blas, Marion de Lorme, Lucrèce Borgia ou Le Roi s’amuse… – et sera l’occasion de redécouvrir toutes les facettes de l’écrivain. Une soirée exceptionnelle autour d’un repas partagé festif et convivial, auquel Michel Belletante est très attaché.


Humour, danse et musique


Soeur Marie-Thérèse des Batignolles © Nicolas Semenioukoff

Quelques séquences humoristiques ou vaudevillesques jalonneront la saison, comme avec Gabriel Dermidjian, un enfant du cru, dans Soeur Marie-Thérèse des Batignolles ou Espèces menacées, une adaptation de l’hilarant livre de Ray Cooney, qui raconte les déboires d’un petit comptable insignifiant qui échange par mégarde sa mallette contre celle d'un inconnu dans le RER contenant une fortune. Une pièce signée Michel Blanc et Gérard Jugnot, dans une mise en scène d’Arthur Jugnot.

Omma © Sophie Carles

En dehors du théâtre, la programmation s’ouvre à davantage de disciplines, comme la danse. Omma, du chorégraphe et plasticien Josef Nadj, présente 8 danseurs dans un rituel hors du temps, célébrant le corps et la danse. The Tree, la dernière création de Carolyn Carlson choisit d’exploiter la force symbolique du feu dans son spectacle, le peintre Gao Xingjian sublimant la création avec ses toiles abstraites à l’encre de Chine.

Côté musical, après moults reports en raison de la Covid, Amélie-les-Crayons – accompagnée des Doigts de l’Homme, - viendra égayer le printemps en 2023.

En avril également, Mister Mat, artiste aux accents folk et blues, repéré sur les plateaux télévisés de Taratata et The Voice, nous envoûtera avec sa voix et sa guitare. Comme Cali, seul sur scène, un peu plus tôt, en mars, qui reprendra les chansons plus anciennes de son répertoire.

Cette saison foisonnante, élaboré malgré un contexte de baisse de subvention (-12%), porte sans conteste la marque de fabrique de Michel Belletante, qui par ailleurs, cherche inlassablement à nouer des synergies fructueuses, comme avec Jazz à Vienne ou le territoire de Vienne-Condrieu. Un choix de programmation qu’il souhaite, toujours avec cette gouaille intacte, "100 % vivante, garantie sans parasites et transformations cathodiques, en provenance direct du producteur, circuit court et non polluant assuré".


www.theatre-francois-ponsard.fr

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut