Le trio colombien de La Perla

Musique : festival haut en couleurs au Péristyle de l'Opéra

Comme chaque été, l’Opéra de Lyon installe sa terrasse sur le parvis le temps d’un festival du Péristyle haut en couleurs et saveurs exotiques

Terrasse ombragée, restauration légère et concerts aux petits oignons : le festival du Péristyle est là tout l’été pour mettre en musique nos couchers de soleil et plus si affinités. Le tout dans une ambiance détendue et à raison de trois représentations par soir, histoire d’offrir la possibilité au public de moduler ses veillées.

Côté programmation, on retrouve l’équipe de l’Opéra Underground et ses choix éclairés avec une coloration “estivale” qui fait, comme chaque saison, la part belle aux musiques du monde et ses dérivés…

Après une programmation du mois de juin en forme de carte blanche à l’orchestre infernal The Very Big Experimental Toubifri Orchestra (en résidence cette saison à l’opéra), on enchaîne jusqu’à début septembre, et presque sans relâche, avec une avalanche de projets d’ici et d’ailleurs aux mille goûts et couleurs.

Du chaâbi algérois teinté de pop folk avec Djazia Satour à la rencontre de Nouiba et El-Djazira pour une soirée à la mode arabo-andalouse, des musiques rurales du Brésil avec la chanteuse et violoniste Renata Rosa et son Quartet au mariachi déjanté et 100 % féminin de Flor de Toloache, en passant par la samba carioca de Casuarina, les traditions ensoleillées sont effectivement bien à l’honneur !

Un petit détour par la pop folk aux influences anglo-saxonnes de Garciaphone ou la chanson pop tropicaliste en français de Nicolas Paugam et l’on repart aux quatre coins du monde !

 

Folk tradi et crossover extraverti

Mais le tour du monde en 80 jours du Péristyle ne fait que commencer ! À peine remis de nos émotions, on nous trimbale en terres gréco-turques avec le Rébétiko d’Allegoria. Et sans transition, voilà qu’un orchestre nippon, baptisé Ajate, nous joue de l’afro-funk bizarre à l’aide d’instruments traditionnels japonais bricolés…

Un petit détour par l’Argentine avec le tango multi-facettes de ChimiChango et l’on repart de plus belle avec le mélange explosif d’afro-beat, ethio-jazz et reggae sous licence marocaine de Global Gnawa ! On croit rêver quand un duo country-bluegrass oldtime plus vrai que nature nous arrive tout droit – comme son nom, Hills of Belgium, l’indique – de Belgique…

Du traditionnel irlandais en compagnie du trio Hot Spoons puis que voilà ? Trois sorcières originaires de Bogotá (La Perla) à l’énergie quasi “punk” déferlent avec leurs rythmes et chants afro-colombiens à tomber par terre !

Un peu de classique pour respirer avec le quatuor Emana, de la pop folk tranquille avec Vesperland, d’inspiration brésilienne chez Aurélien Merle, ou métissée tous azimuts avec Luna Silva & The Wonders, du jazz pas chiant pour le trio Misc : la fin du voyage approche déjà ? Pas tout à fait, car la flûtiste baroque Diana Baroni nous propose son voyage poétique et chamarré entre traditions latino-américaines et musiques anciennes d’Europe en compagnie de Simon Drappier à l’arpeggione.

En guise de bouquet final, c’est la pop futuriste et sophistiquée du groupe lyonnais Satellite Jockey qui viendra nous émerveiller une dernière fois avant la rentrée !


Festival du Péristyle – Jusqu’au 3 septembre, du lundi au samedi à 19 h, 20 h 15 et 22 h. Sur le parvis de l’opéra de Lyon

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut