Les Gratte-ciel à Villeurbanne © Antoine Merlet

Villeurbanne : le réaménagement du quartier Gratte-Ciel validé avec la Métropole de Lyon

Le pacte de territoire de Villeurbanne a été signé ce lundi 5 décembre avec la Métropole de Lyon. Il comprend notamment le réaménagement du quartier Gratte-Ciel.

"Sans les communes, la Métropole peut tout faire, mais contre les communes, elle ne peut rien." En ces mots, Cédric Van Styvendael (PS) s'est félicité du travail commun mené entre sa ville et la Métropole de Lyon (dont il est le 7e vice-président). Après celui des portes du Sud la semaine dernière, c'est le pacte de territoire de Villeurbanne qui a été signé ce lundi 5 novembre. Il s'inscrit dans le cadre du pacte de cohérence métropolitain.

4,8 millions d'euros pour Gratte-Ciel

S'il se réjouit "de la manière dont le document a été établi", le maire rappelle tout de même qu'il ne représente que "8,7 millions d'euros par rapport au Plan pluriannuel d'investissement qui est de 300 millions d'euros, c'est peu". Ce pacte est un peu particulier puisqu'il ne concerne que la capitale de la culture, quand les autres sont des projets intercommunaux. Un découpage justifié par l'importance de la ville aux 150 000 habitants et par des considérations administratives, Villeurbanne représentant à elle seule une circonscription électorale à part entière.


Le Pacte de cohérence métropolitain, c'est quoi ?

Adopté par le Conseil de la Métropole en mars 2021, il répartit les 59 communes du territoire en 10 conférence territoriale des maires (CTM). Ces derniers sont chargés de discuter et de présenter des projets intercommunaux - dans la mesure du possible - en bénéficiant d'une enveloppe proportionnelle au nombre d'habitants représentés dans chaque CTM. Les projets présentés doivent s'inscrire dans l'un des sept axes stratégiques définis par la Métropole : la revitalisation des centres-bourgs, l'éducation, les modes actifs, la trame verte et bleue, l'alimentation, le logement et le développement économique.


Le réaménagement du quartier Gratte-Ciel a ainsi été validé. Le coût total de l'opération est estimé à 9,6 millions d'euros, dont 4,8 millions sont financés par la Métropole de Lyon dans le cadre du pacte de territoire. Une concertation avait déjà été lancée en 2021 puis mise en pause le temps pour Villeurbanne de s'assurer d'avoir les fonds nécessaires. "Elle reprendra début 2023 pour un démarrage des travaux fin 2024", détaille Cédric Van Styvendael. L'objectif sera de "diminuer le trafic de voitures sur l'hypercentre et de végétaliser des espaces très minéraux", ajoute-t-il. 

Des domaines de coopération

Le deuxième plus gros investissement de ce pacte de territoire concerne le quartier des Buers. 3,8 millions d'euros sont versés par la Métropole au bailleur Est métropole habitat (rattaché à la Métropole et dont le maire de Villeurbanne a été directeur général avant son mandat) pour finaliser les opérations de réaménagement du quartier. Les opérations étant estimées à 6 millions d'euros, la Ville devra faire face à un surcout d'un peu plus de 2 millions d'euros.

Les conférences territoriales des maires de la Métropole de Lyon. Crédit : Métropole de Lyon
"Villeurbanne a choisi d'inscrire des domaines de coopération non financés dans le pacte de territoire", a insisté Hélène Geoffroy, vice-présidente de la Métropole en charge de l'égalité des territoire et maire de Vaulx-en-Velin. Concrètement, ces axes concernent notamment la gestion des déchets, l'urbanisme transitoire ou encore la lutte contre le sans-abrisme. Dans ces domaines, la Ville et la Métropole s'engagent à travailler en coopération. Un engagement opérationnel non budgété.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut