Centre-ville de Vénissieux © Antoine Merlet
Centre-ville de Vénissieux © Antoine Merlet

Métropole de Lyon : un deuxième projet territorial en forme d'outil d'ajustement

Le deuxième projet de territoire de la Métropole de Lyon a été signé ce mardi 29 novembre. Il prévoit notamment la restructuration des places Sublet-Barbusse à Vénissieux.

"Je remercie le président de la Métropole et la vice-présidente Hélène Geoffroy. En cette période de Coupe du monde, nous avons joué collectif." Alain Viollet, maire de Corbas, affichait un grand sourire ce mardi 29 novembre à l'occasion de la signature du projet de territoire du secteur des Portes du Sud. Tout comme ses "chers collègues", les maires de Saint-Fons, Vénissieux et Feyzin, les trois autres communes signataires de ce projet, accompagnées de la ville de Solaize.

2,7 millions d'euros pour Vénissieux

Le pacte signé s'articule autour de trois projets stratégiques : la restructuration des places Sublet-Barbusse à Vénissieux, la création d'une cuisine centrale commune entre les villes de Saint-Fons, Feyzin et Corbas, enfin, la liaison des poumons verts des cinq communes. Le tout financé à hauteur de 6,4 millions d'euros par la Métropole de Lyon dans le cadre du pacte de cohérence métropolitain (cf. encadré), dont le budget total s'élève à 82 millions d'euros répartis entre les 59 communes du territoire métropolitain.


Le Pacte de cohérence métropolitain, c'est quoi ?

Adopté par le Conseil de la Métropole en mars 2021, il répartit les 59 communes du territoire en 10 conférence territoriale des maires (CTM). Ces derniers sont chargés de discuter et de présenter des projets intercommunaux - dans la mesure du possible - en bénéficiant d'une enveloppe proportionnelle au nombre d'habitants représentés dans chaque CTM. Les projets présentés doivent s'inscrire dans l'un des sept axes stratégiques définis par la Métropole : la revitalisation des centres-bourgs, l'éducation, les modes actifs, la trame verte et bleue, l'alimentation, le logement et le développement économique.


A lire sur le sujet : Un premier projet de territoire signé, signe d'une meilleure entente entre la Métropole et les communes ?

La restructuration des places Sublet et Barbusse bénéficie d'environ 2,7 millions d'euros à elle seule, soit presque la moitié de l'enveloppe uniquement à destination de Vénissieux. Un choix que questionne Yves Blein, maire de Feyzin jusqu'en 2017, qui "ne voit pas ce que ce projet a d'intercommunal". De son côté, Bruno Bernard rappelle que ces choix "sont ceux des maires, c'est eux qui se sont mis d'accord, ajoutant : tant que les projets respectent nos sept axes stratégiques, nous ne faisons que valider".

Les conférences territoriales des maires de la Métropole de Lyon. Crédit : Métropole de Lyon

Murielle Laurent, actuelle maire (PS) de Feyzin a quant à elle avoué que "le sens de ce projet n'est pas toujours perceptible en tant que maire de Feyzin. Et d'ajouter : mais lorsque j'échange avec des habitants, ils me parlent très souvent des marchés à Vénissieux, certainement que cela aura un sens pour eux".

Un outil de cohésion ?

Reste que, la création d'une cuisine centrale est, elle, bien un projet intercommunal et financée à hauteur d'environ 3 millions d'euros par la Métropole. Les études pour sa construction devraient s'achever en fin d'année. Elles permettront aux communes de chiffrer le budget qu'elles devront y accorder.
Pas de grand projet structurant cependant - tout comme lors du premier projet territorial signé à l'Est du territoire - mais lorsque l'on demande à Bruno Bernard si ces financements n'auraient pas pu tout simplement être intégrés au Plan pluriannuel d'investissement, le président de la Métropole répond : "Je ne vois pas comment nous aurions mis en place cette cuisine centrale intercommunale sans ce projet de territoire". 

Quatre autres Conférences territoriales des maires ont fait valider leur projet par la Métropole, ils seront signés très prochainement. "Lors du prochain conseil métropolitain de mi-décembre, la totalité des pactes seront votés et normalement adoptés", a promis Bruno Bernard.

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut