90 policiers étaient mobilisés ce jeudi 8 juillet pour une opération de police d’ampleur @WilliamPham

Rétro 2022 : fusillade, extrême-droite, caméras, un an de sécurité à Lyon

En cette fin d'année 2022, Lyon Capitale vous propose un tour d'horizon des principales mesures et actualités qui ont agité la vie des Lyonnaises et Lyonnais.

Dans quelques jours, l'année 2022 s'achèvera au terme d'une soirée arrosée, d'un repas de famille, ou d'une nuit parmi tant d'autres. Une guerre en Ukraine, entre folie impériale d'un dirigeant et résistance héroïque d'un peuple. Une Coupe du monde au Qatar, entre aberration humanitaire, écologique et unité nationale derrière une équipe admirable. Une année presque normale, sans confinement, mais marquée par un paysage politique et un climat social tout sauf apaisé.

A Lyon, les questions de mobilité, de sécurité et d'urbanisme ont été au cœur des débats. Pour prendre de la hauteur et aborder la nouvelle année avec les idées claires, Lyon Capitale fait le point sur chacun de ces sujets. Gérald Darmanin à la Guillotière, renaissance de l'extrême-droite, caméras, retour sur un an de sécurité à Lyon.

Le choc : fusillade à la Duchère

Mardi 14 juin, peu avant minuit, des tirs d'armes à feu éclatent avenue Sakharov dans le quartier de la Duchère à Lyon. Deux jeunes, l'un âgé de 20 ans, l'autre de 16 ans, perdent la vie dans cette fusillade, sur fond de règlement de compte.

Le lendemain, la barre d'immeuble portait encore les stigmate de ce drame, de nombreux impacts de balles jonchaient les mur du bâtiment. Une habitante du quartier confiait alors à Lyon Capitale, "j’ai la chair de poule, je n’ai pas dormi de la nuit". 

Une balle a été oubliée par la police dans un mur. (Photo Hadrien Jame)

Du côté de la classe politique, les réaction ont été vives, entre condamnation, indignation et critique à l'égard de l'exécutif local. A l'image de Gérard Collomb qui, quelques heures seulement après le drame écrivait : "Il faudra combien de temps à l'actuelle municipalité pour admettre que la sécurité doit être la première priorité dans une ville."

Le 18 octobre dernier, six suspects ont été placés détention provisoire, l'enquête pour "tentative de meurtre et meurtre en bande organisée, participation à une association de malfaiteurs en vue de la commission d’un crime" se poursuit.

L'inquiétude : renaissance de l'extrême-droite

Mercredi 14 décembre, demi-finale de la Coupe du Monde, France-Maroc. Les bleus l'emportent, Lyon exulte, jusqu'à ce qu'un groupe d'une soixantaine de militants d'extrême-droite, cagoulés et armés, prennent d'assaut les rues de la capitale des Gaules. "Bleu, blanc, rouge, la France aux Français", a-t-on pu entendre.

Les drapeaux de la ville de Lyon, de Fourvière (au fond) et de la vierge Marie était de sortie dans le cortège de l'extrême droite du 8 décembre. (Photo de OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP)

Jeudi 8 décembre, alors que Lyon brille de mille feux pour le premier jour de la fête des Lumières, un groupe d'extrême-droite marche aux flambeaux en direction de Fourvière. Pas de débordement, mais une interdiction de manifester bravée, et une apparition devant touristes et familles.

Attaque de manifestations et de militants, rassemblement anti-étrangers après la mort de Lola et influence grandissante de l'extrême-droite étudiante, en 2022 trop de slogans racistes et xénophobes ont résonné dans les rues lyonnaises.

Lors des derniers conseil municipaux et métropolitains, deux vœux ont été adoptés pour la fermeture définitive des locaux de l'extrême-droite lyonnaise. Voté à l'unanimité à la Ville et sans la droite à la Métropole, ils visent notamment la Traboule et l'Agogé. En attendant, l'ancienne capitale des Gaules, devenue celle de l'extrême-droite, devrait conserver ce triste titre quelques temps.

La brouille : Darmanin et Doucet s'écharpent sur la Guillotière

Comment parler sécurité à Lyon sans évoquer le quartier de la Guillotière. Pourtant en 2022, la place du Pont a peu occupé la une des médias locaux, le renforcement de la présence policière ayant quelque peu apaisé le secteur.

Seulement, le 20 juillet dernier en soirée, trois policiers en civil sont agressés à la Guillotière. De nouveau, la polémique enfle. Le maire a beau condamner l'agression et la préfecture renforcer de nouveau les effectifs sur place, comme en 2021, Doucet et Darminin, ministre de l'Intérieur, s'écharpent.

Le ministre annonce une visite dans le quartier, le maire s'y rend 24 heures avant, comme un pied de nez. Doucet reçoit ensuite une lettre du ministère l'appelant à faire mieux, il en regrette la "condescendance". En septembre, rebelotte. Alors que les deux élus doivent se rencontrer, le ministre fait une visite surprise auprès des habitants et commerçants du quartier.

Le débat : la vidéosurveillance

C'est un sujet remis sur la table par la fusillade à la Duchère. Opposition et Etat regrettent le manque d'investissement des Verts sur la vidéosurveillance, qui disposent de 571 caméras dans toute la ville. Dernier épisode en date au soir de la qualification de l'Equipe de France en finale de la Coupe du Monde.

La préfecture a regretté le processus actuellement utilisé, qui oblige les agents de la police nationale à appeler les agents de la Ville de Lyon pour leur demander d’orienter les caméras appartenant à la municipalité. "On a vu quelles étaient les conséquences d’une perte de temps à devoir téléphoner. Ça nous a fait perdre un temps assez fou pour suivre les individus que l’on voulait interpeller", nous confiait une source policière.

Mohamed Chihi adjoint à la sécurité ne compte pas transmettre les images de ses caméras à la police nationale pour protéger la liberté individuelle de ses administrés. L'audit sur la sécurité à Lyon, attendu depuis deux ans devrait être rendu en début d'année 2023.

En attendant, l'opposition a obtenu la création d'une mission d'information sur la sécurité lors du dernier conseil municipal.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut