Lyon_vue_depuis_fourviere
CC Patrick Giraud

Région : un bilan économique favorable en Auvergne-Rhône-Alpes

Ce jeudi 31 mai, l’Insee a publié un bilan économique de la région Auvergne-Rhône-Alpes sur l’année 2017. Résultat : l’économie régionale reste dynamique, allant dans le sens de la reprise amorcée en 2015. Explications.

En collaboration avec la Direccte (Direction régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi), la Dreal (Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), la Draaf (Direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt), et la Cerc Auvergne-Rhône-Alpes (Cellule Économique Régionale de la Construction), l’Insee a effectué un bilan de l’activité économique en Auvergne-Rhône-Alpes pour l’année 2017. De manière générale, la région est visiblement dynamique, puisqu’elle présente des résultats supérieurs à la moyenne nationale, notamment en termes de création d’emplois. En 2017, une hausse de 1,9 % des emplois salariés privés a été observée, contre une augmentation de 1,6 % à l’échelle nationale. Le secteur tertiaire reste le plus dynamique dans la région, mais en un an, l’industrie, la construction et l’emploi intérimaire ont également gagné un certain nombre d’emplois. Tous les départements de la région sont d’ailleurs concernés par le dynamisme de l’emploi salarié. Dans le même sens, le taux de chômage en Auvergne-Rhône-Alpes en 2017 s’élève à 7,6 %, contre 8,7 % en 2016, profitant là aussi à tous les départements. Mais si la région fait partie de celles dont le taux de chômage est le moins élevé en France, les chômeurs exerçant une activité réduite sont plus nombreux aujourd’hui.

Tourisme : une fréquentation record

Sur l’année 2017, la fréquentation touristique de la région a fortement progressé, dépassant les 36 millions de nuitées (+1,8 % par rapport à 2016), un record pour la région dans la dernière décennie. Dans les hôtels, on observe une fréquentation en hausse de 0,3 %, faisant d’Auvergne-Rhône-Alpes la deuxième région plus dynamique en termes de tourisme hôtelier, juste derrière l’Ile-de-France. Au niveau des campings, une augmentation de 4,9 % a eu lieu, ce qui a fortement contribué au dynamisme du secteur touristique régional.

Environnement : un bilan favorable

L’agriculture en Auvergne-Rhône-Alpes a connu une année favorable, notamment grâce à une embellie fondée sur une baisse des prix. Tant au niveau des céréales, du vin, ou des produits laitiers, les rendements sont positifs, contribuant au dynamisme de la branche agricole tant souhaité par le président de région, Laurent Wauquiez.

Dans une autre optique, les émissions de particules fines sont en baisse dans la région en 2017, dénotant d’un meilleur climat régional. La qualité de l’air a été largement améliorée, pour la première fois depuis 2007 : les épisodes de pollution liés aux particules fines n’ont duré au total que 27 jours, un chiffre inférieur à la valeur limite fixée par la Commission européenne, qui est de 35 jours par an. Comparé aux 5 dernières années, une baisse de 40 % a été observée en termes d’alerte pollution dans lé région.

Lire aussi : Pollution : situation mondiale critique, contexte local encourageant

Transports : un secteur dynamique

Grâce à une reprise économique notable, la croissance des immatriculations de véhicules neufs dans la région s’est accélérée, atteignant un niveau élevé : +7,4 %, contre +4,8 % à l’échelle nationale. Le trafic aérien a lui aussi augmenté, avec une hausse de fréquentation de 6,5 %, contre 5,8 % au niveau de la France. Enfin, le transport routier sur longue distance de marchandise a progressé, notamment grâce aux échanges interrégionaux. Une augmentation de 9,2 % a été observée dans la région, par rapport à l’année 2016.

D’après le bilan effectué par l’Insee, la conjoncture économique d’Auvergne-Rhône-Alpes repart donc à la hausse, annonçant un avenir économique plutôt favorable pour la région.

à lire également
David Kimelfeld Autre Direct
Les négociations du contrat de plan État-région (CPER) entre la Métropole de Lyon et la région Auvergne-Rhône-Alpes n’ont pas encore abouti. En cause : des désaccords entre David Kimelfeld, président de la métropole et Laurent Wauquiez, Président de la région, notamment au sujet des sommes dédiées à l’action économique. 

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut