À quelques minutes de Lyon il est possible de se baigner au lac de Miribel Jonage. (Photo Hadrien Jame)

Nos idées pour se baigner gratuitement près de Lyon 

Pour passer le mois d’août au frais et vous rafraîchir lorsque le soleil est à son zénith, Lyon Capitale vous propose de découvrir sa sélection des lieux de baignades, gratuits, près de Lyon pour échapper à la chaleur de la ville. 

  • Parc de Miribel-Jonage

C’est le seul spot où la baignade est autorisée et surveillée dans la métropole de Lyon. Autour du lac du Grand Parc, trois plages sont publiques et une est privée. Il est aussi possible de louer des canoës, paddles ou pédalos. Sur le plan d’eau du Grand-Large, des clubs de voile proposent aussi des initiations. Comme l’été dernier, le Sytral renforce les horaires, durant la période estivale, de la ligne 83.

  • Le plan d’eau d’Anse

À Anse, le plan d’eau du Colombier s’étale sur 64 hectares. La baignade est surveillée de 13 h à 19 h et interdite hors du périmètre de surveillance. Le parking est gratuit.

  • À plus d’une heure de Lyon

En vous écartant de Lyon et en direction des Alpes, vous pourrez trouver de nombreux plans d’eau surveillés comme aux lacs d’Aiguebelette, de Nantua, de Paladru ou du Bourget. Il est aussi possible de se baigner dans la rivière de l’Ain à certains endroits même si la baignade n’est pas surveillée autour de Saint-Vulbas. L’application pour smartphone Qualité Rivière, développée par l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, compile les sites où la baignade est possible.

  • Baignade suspendue au lac des Sapins

Autour du lac des Sapins à Cublize, à une heure de Lyon, s’est développée une vraie base de loisirs avec une piscine biologique pouvant accueillir jusqu’à 2 500 personnes, un parcours accrobranche et des activités nautiques. 

En parallèle de ces aménagements, en temps normal il est possible de se baigner dans le lac, où une plage publique et surveillée et accessible aux visiteurs. Néanmoins depuis le 19 juillet la baignade est temporairement interdite dans le lac en raison de la présence de cyanobactéries dans l’eau, révélées par des prélèvements de l’Agence régionale de santé. Il s’agit d’une algue qui se développe lorsqu’il y a peu d’eau et d’oxygénation et qui avec la chaleur prolifère. Elle génère des toxines dangereuses pour l’homme et les animaux prévient l’ARS.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut