Manifestation contre la réforme des retraites (photo Julien Barletta)

Marée humaine à Lyon contre la réforme des retraites

Ils étaient des milliers à manifester contre la réforme des retraites jeudi 19 janvier. Malgré la colère, le défilé s'est déroulé sans accroc.

"C'est bon enfant, intergénérationnel. Tout ce monde, c'est le peuple de France", se réjouit Denis, un manifestant venu protester contre la réforme des retraites. Habitué des manifestations lyonnaises, il ajoute "je n'ai jamais connu une telle mobilisation, c'est beau à voir." En effet, une marée humaine s'est élancée entre la Manufacture des Tabacs et la place Bellecour. 38 000 manifestants selon les syndicats, 23 000 selon la préfecture du Rhône.

"Je n'ai jamais connu une telle mobilisation", Denis, un manifestant.

Pour rappel, cette mobilisation nationale vise à protester contre la réforme des retraites. Dans les grandes lignes, le projet du gouvernement vise à faire passer l'âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans. Pour les personnes ayant commencé à travailler jeune, la retraite sera abaissée à 58 ans. Aussi, le gouvernement a annoncé la fin de la plupart des régimes spéciaux.

Une marée humaine

Jeudi 19 janvier, le départ du cortège est prévu à 11h. En amont de la manifestation, le monde se fait sentir dans les transports en commun. Le lexique se fait entendre : "lutte", "camarades". On parle de la réforme, de ses conditions de travail, de son patron. La station se drape aux couleurs des drapeaux. Les manifestants se massent dans les métros déjà bondés.

Arrêt "Sans Souci", tout le monde descend. En sortant de la bouche de métro, on prend conscience de l'ampleur du mouvement. Le rendez-vous était donné à la Manufacture des Tabacs, le cortège s'étend déjà bien au-delà de l'arrêt. "Il y a du monde jusqu'à Monplaisir", peut-on entendre d'un côté. "Non jusqu'à Grange Blanche", de l'autre.

"Il y a du monde jusqu'à Monplaisir" ; "Non jusqu'à Grange Blanche" s'écrient des manifestants.

Organisation au départ

À l'avant du cortège, le camion de la CGT donne les consignes, la banderole de tête doit se placer. Banderole de tête, pas vraiment, des gilets jaunes, groupes antifascistes et autres personnes non syndiquées se placent devant. Malgré les protestations, le cortège se déroulera ainsi, tout du long.

"Une manifestation très réussie", Jeanne Urbani, représentante syndicale.

Le monde, les difficultés d'organisation et le refus des forces de l'ordre de reculer ont retardé la mise en route de la manifestation. Jeanne Urbani, professeur des écoles et secrétaire de FO pour les enseignants du 1er degré décrit une "manifestation très réussie."

Une ambiance "bon enfant"

Malgré certaines craintes, la manifestation s'est globalement bien déroulée. La colère se lit sur les visages, mais l'ambiance reste "bon enfant" selon la majorité des personnes interrogées par Lyon Capitale. "Je suis là pour protester contre la réforme", confie Geoffroy Boulai, professeur de philosophie, "il y a une belle énergie."

La préfecture annonce : "aucun incident nécessitant une intervention"

De son côté, la préfecture du Rhône détaille "aucun incident nécessitant une intervention dans le contexte d'une manifestation." Des manifestants ont même formé une chaîne humaine pour protéger les forces de l'ordre alors que la situation s'échauffait devant l'Hôtel-Dieu.

(Photo Julien Barletta)

Quelques débordements

Entre le groupe de tête composé de gilets jaunes et de personnes non syndiquées, une cinquantaine d'individus évoluent. Habits et drapeaux noirs, masques et chants antifascistes, anticapitalistes. Au cours de l'avancée du cortège, à plusieurs reprises, le petit groupe s'est arrêté. Insultes et menaces sont proférées à l'encontre des forces de l'ordre. De rares jets de bouteilles de verre ont lieu.

@Julien Barletta

On note aussi quelques tags "Acab" - tous les flics sont des bâtards (sic) - sur des bâtiments et sur la statue de Louis XIV Place Bellecour. À l'arrivée sur cette même place, un individu du groupe monte sur l'office du tourisme, décroche le drapeau français et commence à le brûler. Choqué, un pompier lui hurle "arrête ça, on est Français ici ! Qu'est-ce que tu fais ?" D'autres membres du groupe d'ultragauche reprennent l'individu isolé. Le drapeau est décroché, mais intact.

17 interpellations

Selon la préfecture, des policiers municipaux se seraient fait agresser dans le Vieux Lyon en marge de la manifestation. Le profil des individus est connu. Il s'agirait de militants d'ultragauche. Le préfet du Rhône, Pascal Mailhos, "condamne fermement l'agression." 17 personnes ont été interpellées.

Lire aussi : Lyon : une patrouille de police agressée et des tags anti-police et anti-système

Bellecour : la fourmilière

Le cortège est arrivé au compte-goutte Place Bellecour. De longues minutes séparaient la tête et la queue du cortège. Malgré les quelques incidents, l'ambiance est restée bonne. Les manifestants chantent et dansent ensemble. La Place était noire de monde, Les manifestants s'étalaient jusque sur la place Antonin Poncet.

Pour le moment, des rumeurs supposent que la grève soit reconduite vendredi 20 janvier. Les manifestants ne semblaient rien vouloir lâcher. Si le Gouvernement ne cède pas, il est possible que plusieurs épisodes de grève voient le jour dans les prochaines semaines.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut