la canicule à Lyon. @Antoine Merlet

Malgré la sécheresse, Lyon ne manquera pas d’eau potable, explications

À l’heure où l’eau potable commence à manquer au robinet de certaines communes françaises en raison de la sécheresse, parfois pas si loin de Lyon, les habitants de la Métropole lyonnaise ne risquent pas d'être confrontés à une pénurie. Explications. 

L’épisode de grave sécheresse qui touche le département du Rhône, à l’instar du reste de la France, pousse à s’interroger sur l’état de notre ressource en eau potable. Alors que vendredi 5 août les canalisations d’une centaine de petites communes françaises étaient déjà vides, l’approvisionnement en eau potable de certains villages par camion-citernes a commencé. Non loin du Rhône, à Arboys-en-Bugey, dans l’Ain, la mairie étudie désormais cette possibilité après avoir décidé de fermer les robinets de la commune plusieurs heures par jour, les sources alimentant le village n’étant plus en capacité de remplir les réservoirs municipaux d’eau potable. 

Lire aussi : Sécheresse : les deux tiers du Rhône passent au stade de la crise, explications

À la lumière de ces situations critiques et alors que la ville de Lyon vient d’être placée en état de "crise" sécheresse, Lyon Capitale s’est interrogé sur la provenance de l’or bleu dans la Métropole de Lyon, qui permet chaque jour d’abreuver quelque 1 325 000 habitants, et l’état de nos ressources. Soyez rassuré, vous n’êtes pas près de manquer d’eau pour boire un verre d’eau, prendre une douche ou tout simplement tirer la chasse d’eau de vos toilettes. "En tant qu’exploitant d’eau nous ne sommes pas inquiets de risquer la pénurie d’eau", confirme Philippe Gilles, directeur adjoint eau et assainissement de la Métropole de Lyon, dont la mission "est de fournir à ses habitants une eau de qualité en quantité suffisante et permanente". 

À la source du "trésor" bleu de Lyon

Pour mieux comprendre les raisons de ses certitudes, il faut remonter à la source de l’eau potable des Grands Lyonnais, à quelques kilomètres seulement du centre-ville de Lyon. Au nord-est de la Capitale des Gaules, sur près de 400 hectares s’étale le champ de captage de Crépieux-Charmy, "c’est le plus grand champ captant d’Europe et un trésor inestimable", souffle avec une certaine fierté Philippe Gilles. À lui seul, ce site fournit "90%" de l’eau consommée dans la Métropole et à en croire notre interlocuteur il serait largement "capable d’alimenter l’ensemble du territoire et bien plus, mais pour des raisons de sécurité et de prudence", la collectivité dispose de 9 captages périphériques.


"À Lyon, je pense que de notre vivant on ne verra pas tarir le Rhône à un point tel qu’il n’y aurait plus moyen de prélever 1 ou 2% de son débit pour alimenter en eau potable la métropole", Philippe Gilles, directeur adjoint du service eau et assainissement de la Métropole de Lyon


Avec ses 114 puits, le champ captant de Crépieux-Charmy prélève ses besoins directement dans la nappe alluviale du Rhône, pas dans le fleuve lui-même donc, "mais dans toute la nappe qui l’accompagne de part et d’autre de son cours", précise Phillippe Gilles. Pour mieux saisir le fonctionnement de cette nappe alluviale, "imaginez que le sol autour du Rhône est une espèce d’énorme éponge dans laquelle l’eau se déplace tout doucement de l’amont vers l'aval. C’est dans cette espèce d’éponge que l’on capte l’eau, plutôt que dans le fleuve", explique-t-il.

Lire aussi : Sécheresse : dans la Métropole de Lyon la situation est "catastrophique"

240 000 m3 d'eau potable par jour

Pourquoi ne pas capter directement l’eau dans le Rhône nous direz-vous ? Tout simplement, car l’eau prélevée dans la nappe alluviale "est quasiment potable, le sol faisant office de grand filtre", contrairement à celle du fleuve qui "n’est pas naturellement consommable" en raison de la vie "bactériologique et animale qui s’y trouve", sans compter les polluants qui peuvent y apparaître. Dans les faits, l’eau tirée du champ captant de Crépieux-Charmy n’aurait même pas besoin d’être traitée à sa sortie, "un peu de chlore" y est seulement ajouté "pour éviter la formation de bactéries lors de son passage dans les tuyaux", qui lui permettent de couler dans les robinets des Lyonnais. 

Le champ captant de Crépieux-Charmy, qui s'étend sur près de 400 hectares, est situé à quelques minutes du centre-ville de Lyon. (Capture d'écran Google Maps)

Que vous décidiez de la boire, de l’utiliser pour vous doucher, de tirer la chasse ou d'arroser vos plantes, il s’agit de la même eau. "On peut discuter de savoir si c’est pertinent de tirer la chasse d’eau avec de l’eau potable, la question mérite d’être posée, mais aujourd’hui il n’y a qu’un réseau" dans la Métropole de Lyon reconnaît Phillippe Gilles. En moyenne, un habitant de la Métropole, qui en compte 1 325 000, consommerait 120 à 150 litres d’eau par jour, ce qui équivaut à une consommation journalière de 159 millions de litres en se basant sur la valeur la plus basse. En ce moment, la production du champ captant serait de l’ordre de 240 000 m3 (soit 240 000 000 de litres), bien en-dessous de la capacité maximale du site qui serait de 600 000 m3 jour. 

1% du débit du Rhône pour alimenter Lyon en eau potable

Les volumes produits varient en fonction de la demande des habitants, selon les périodes de l’année, néanmoins Philippe Gilles assure que peu importe le niveau de la demande "les volumes produits montent ou baissent dans des éléments de variation qui sont trop faibles pour qu’ils soient affectés par la baisse du débit du Rhône". Même lorsque celui-ci voit son débit diminuer de 50%, comme ce fut le cas au mois de juillet dernier. 


"La baisse du niveau du Rhône en été va être un vrai problème, pour les plantations notamment, mais même si le fleuve est amputé de 30% de son débit, les besoins en eau potable resteront bien plus faibles que cette baisse", Philippe Gilles, directeur adjoint du service eau et assainissement de la Métropole de Lyon


Actuellement le débit du fleuve serait de l’ordre de 250 ou 300 m3 par seconde, en comparaison le débit que prélève la Métropole de Lyon pour produire de l’eau potable est de l’ordre "de 2,5 m3 par seconde, on a besoin de seulement 1% du débit du fleuve". "Quand bien même le débit du fleuve continuerait à baisser et il va continuer à baisser, on a un tel rapport entre le volume que l’on utilise et le débit du fleuve, que nous n’avons pas d’inquiétude à court ou moyen terme sur le fait qu'à Lyon il n’y ait plus d’eau", confie le directeur adjoint de l’eau et d’assainissement.

Le Rhône
En juillet, le débit du Rhône a baissé de 50%. pas de quoi altérer la production de l'eau potable de la Métropole de Lyon. Il suffirait de capter 1% de son débit pour alimenter toute la collectivité. © Romane Thevenot

Si les Lyonnais ne risquent donc pas de manquer d’eau au robinet, Lyon disposant d’un véritable "trésor" d’or bleu, pour autant cela ne veut pas dire que la ressource n’est pas en souffrance en cette période de sécheresse. Au niveau des captages périphériques, qui fournissent les 10% restant de l'eau nécessaire au territoire, "il n’y a pas d’ambiguïté possible on voit que l’on est dans un épisode de sécheresse sévère". Pour le moment, aucune ressource n’a dû être mise à l’arrêt, mais sur certains sites de pompages, même "s’il y a toujours suffisamment d’eau, on voit que le niveau baisse", prévient Philippe Gilles. Par endroit, le niveau du précieux liquide serait passé de 10 à 8 mètres.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut