Les différents scénarios à l’étude

Lyon-Turin : les scénarios des voies d’accès au tunnel à l'étude

Trois scénarios de voies d’accès au tunnel sont sur la table, proposés par les études de SNCF Réseau. Si l’État n’a pas encore officiellement tranché, une dominante se dessine en faveur du scénario grand gabarit parmi les élus locaux concernés par les voies d’accès entre Lyon et le tunnel transalpin.

Pour comprendre les difficultés des autorités à choisir un de ces scénarios, Lyon Capitale vous invite à découvrir le dernier dossier sur le sujet dans le numéro de novembre: Lyon-Turin : le spectre d’un tunnel sans trains.

1. Scénario grand gabarit

C’est le scénario le plus favorable au fret. Il implique de creuser un nouveau tunnel sous le massif de la Chartreuse, un autre sous le massif de Belledonne ainsi qu’un troisième au Glandon avant d’entrer à Saint-Jean-de-Maurienne. Les voyageurs ne seraient pas concernés par ces nouvelles lignes, c’est-à-dire qu’ils ne profiteraient pas de ces voies d’accès. Le gain de temps vers Turin resterait de 45 minutes environ tout de même. C’est le scénario le plus cher, annoncé à 6,7 milliards d’euros, bien que le ministre des Transports parle de 10 milliards d’euros.


C’est le scénario le plus cher, annoncé à 6,7 milliards d’euros, bien que le ministre des Transports parle de 10 milliards d’euros.

C’est aussi le scénario favorisé par la plupart des élus locaux interrogés par la préfecture de région. 28 millions de tonnes de marchandises pourraient transiter par an. En comparaison : 20 millions de tonnes par an transitent actuellement par les tunnels routiers du Fréjus et du Mont-Blanc et 3 millions de tonnes par an utilisent la voie ferroviaire pour traverser les Alpes. Pour rappel, le tunnel de base peut monter les flux jusqu’à 40 millions de tonnes par an, et les Italiens ont dimensionné leurs accès pour 25 millions de tonnes à l’année. C’est la version de la déclaration d’utilité publique instaurée en 2012.

2. Scénario mixte

C’est le scénario le plus favorable aux voyageurs. Il relie, via une nouvelle ligne, Lyon à Chambéry, avec un nouveau tunnel partagé entre du fret et des trains réservés aux voyageurs sous les massifs de Dullin et de l’Épine. Ce scénario valorise aussi le couloir vers Aix-les-Bains et Annecy, avec des temps de trajet très raccourcis pour les voyageurs. Il coûterait au total 5 milliards d’euros. Ce projet ne favorise pas particulièrement le fret, puisqu’il permettrait le passage de seulement 17 millions de tonnes de marchandises par an, soit un petit million de plus qu’avec la solution d’une simple amélioration de la ligne existante.

3. Scénario fret

Ce scénario propose de réserver au fret un nouveau tunnel sous la Chartreuse et ensuite de bifurquer sur la ligne historique à Montmélian, et relier le tunnel de base. Ce projet coûte 4,8 milliards d’euros. Les capacités de fret restent en dessous du scénario grand gabarit mais supérieures au scénario mixte. Personne n’a soutenu ce projet.

Lire aussi :

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut