Vélos
Vélos ©Romane Thevenot

Lyon : la "coronapiste" du quai Charles de Gaulle va disparaître

Créée en 2020, en pleine pandémie de Covid-19, la "coronapiste" installée sur le quai Charles de Gaulle, à proximité du parc de la Tête d’Or et de la Cité internationale, va disparaître à l’automne. Celle de la Montée de la Boucle sera pérennisée. 

Près de deux ans après avoir créé une soixantaine d’aménagements cyclables temporaires sur la Métropole de Lyon en pleine pandémie de Covid-19, la collectivité a décidé de réévaluer l’usage de ses installations. Environ 80% des coronapistes construites en 2020 ont été pérennisées par la Métropole de Lyon, mais certaines, pas assez empruntées, sont vouées à disparaître. 

Après celles du pont de la Guillotière et de la rue centrale de Craponne c’est le sort qui est réservé à la piste "transitoire" installée le long des deux voies de circulation routière sur le quai Charles de Gaulle, en bordure de la Cité internationale et du parc de la Tête d’Or. Selon la collectivité, cette piste était utilisée par 180 cyclistes chaque jour en moyenne, pas suffisant pour la pérenniser. D’autant que "des alternatives existent d’ores et déjà en quai bas, à travers le parc ou par l’allée Achille Lignon. L’arrivée de la future VL1 viendra également réaliser une piste cyclable sur cet axe à l’horizon 2025", précise la Métropole de Lyon. 

Celle de la montée de la Boucle pérennisée

En revanche, la piste cyclable permettant d’emprunter la montée de la Boucle, qui permet d’accéder à la Croix-Rousse et de rejoindre Caluire, va être pérennisée. Avec 1 500 usagers par jours, et une fréquentation en hausse, selon la Métropole, cet "axe est devenu structurant au sein du réseau cyclable métropolitain".

Pour mémoire, à leur création les "coronapistes" n’avaient pas fait que des heureux à Lyon, les VTC et notamment l'ACIL (l'Association des Chauffeurs Indépendants Lyonnais) se plaignant d’"un ajustement de la voirie qui profite à un petit nombre et dégrade l'utilisation de la route au quotidien de milliers d’usagers". Deux ans plus tard, ces aménagements se sont pour la plupart fondus dans le paysage urbain de la Métropole de Lyon.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut