Gare de Perrache. @WilliamPham

Lyon : grève à Perrache, le PCF contre la Métropole de Lyon

En grève depuis près d'un mois, les tensions ne redescendent pas entre les agents de nettoyage de la gare de Perrache et la Métropole de Lyon. Le Parti communiste français (PCF) soutient les grévistes.

Depuis le lundi 10 octobre, les salariés de nettoyage de la société Arc-en-ciel à la gare routière de Perrache sont en grève. Les grévistes dénoncent une "mise en péril" de leurs métiers, et depuis près d'un mois, le ramassage des déchets et le nettoyage de la gare ne sont plus effectués. Pour rappel, la Métropole de Lyon fait appel à la société Arc-en-ciel pour assurer le nettoyage de la gare de Perrache. Mais le lancement d'un nouvel appel à projets a suscité des remous du côté des 22 salariés. En effet, la collectivité a décidé de faire appel à des entreprises de l'insertion sociale pour réaliser le nettoyage de la gare à partir de janvier prochain. Mais la société Arc-en-ciel indique qu'aucune piste ne peut être proposée aux 22 salariés concernés "sans davantage d'explications" selon le Parti communiste français (PCF).

Toujours selon le PCF, la Métropole se justifierait par "l'argument technocratique qui veut que la situation des salarié.es relève des problématiques du secteur privé" dans laquelle elle ne peut pas agir. Si le bénéficiaire et l'employeur se renvoient la balle, pour les syndicats, c'en est trop.

Lire aussi : Lyon : grève à Perrache, les syndicats répondent à Bruno Bernard

Le PCF insiste sur une discussion à trois voix

Les communistes défendent la cause de ces agents de nettoyage et insistent sur la responsabilité de la Métropole de Lyon. Le parti politique ne comprend pas le paradoxe politique dans lequel s'embourbe la Métropole : "une majorité de gauche ne peut annoncer la volonté de réserver des emplois à l'insertion sociale tout en fermant les yeux sur le licenciement de 22 personnes".

Le PCF invite donc les parties à communiquer "afin que des garanties d'emploi soient données à minima mais aussi surtout que des solutions de reclassement soient proposées en interne sur des postes ouverts au sein de la Métropole", indique le Parti communiste dans un communiqué.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut