Tout juste arrivé à l’OL, le défenseur Croate Dejan Lovren se retrouve au coeur d’une polémique sur ses références fascistes. (Photo de Jewel SAMAD / AFP)

Lovren, la nouvelle recrue de l’Olympique lyonnais épinglée pour ses références fascistes

Fraîchement revenu dans les rangs de l’Olympique lyonnais, le défenseur Croate Dejan Lovren se retrouve au centre d’une polémique sur des références fascistes. 

Il n’a pas encore refoulé les pelouses françaises, son arrivée étant prévue ce samedi, mais déjà Dejan Lovren fait parler de lui, mais pas pour ses performances sportives. Fraîchement revenu dans les rangs de l’Olympique lyonnais où il avait évolué entre 2010 et 2013, le défenseur croate a été épinglé mercredi 4 janvier par Mediapart. Le site d’investigation relève et pointe du doigt des gestes et références fascistes attribuées au joueur de 33 ans il y a une quinzaine de jours.

Lors des célébrations de la troisième place de la Croatie à la Coupe du monde au Qatar, Dejan Lovren et son coéquipier Marcelo Brozovic ont été filmés pendant qu’ils interprétaient une chanson du Croate Marko Perkovic, un combattant de la guerre d’indépendance croate aux positions extrêmes.

Chant et salut nationaliste

On peut également voir Lovren mimer un pistolet le bras tendu au moment où sont prononcés les mots  "Za dom spremni", qui peut se traduire par "Prêt pour la patrie", comme le relevait l’Équipe au mois de décembre. Visible sur la vidéo ci-dessous, ce salut nationaliste était utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale par les Oustaschis, un mouvement séparatiste croate, fasciste, antisémite et anti-yougoslave soutenu par le régime nazi. Aujourd’hui qualifié de crime contre l’ordre public et d’incitation à la haine par la Cour constitutionnelle croate, ce salut a été interdit par la loi. 

Fin novembre, le nouveau joueur de l’OL avait déjà fait parler de lui en s’indignant du traitement accordé à la Russie, privée de participation à la coupe du monde. L’ancien joueur du Zenith Saint-Petersbourg avait alors expliqué être "en colère […]  le sport et la politique doivent être séparés. Même si la Russie envahit l’Ukraine, elle aurait dû être autorisée à participer au Mondial de toute façon". 

Laurent Blanc tente d'éviter la polémique

Interrogé à ce sujet ce jeudi matin en conférence de presse, l’entraîneur de l’OL Laurent Blanc a répondu : "C'est un chant nationaliste pour la libération de son pays. Cela paraît dur, mais vous lui poserez la question. Je ne peux pas répondre à sa place. J'ai vu un homme très respectueux avec sa famille, avec ses enfants et sa femme. […] Il y a tellement de choses qui choquent en ce moment, il y a beaucoup de sujets qui choquent et on peut le comprendre, mais là on est dans une conférence de presse de sport. […] on n'est que des joueurs de football. On n'est pas là pour parler de choses bien plus graves, que vous évoquez. C'est ma réponse".


"C'est un chant nationaliste pour la libération de son pays. Cela paraît dur, mais vous lui poserez la question", Laurent Blanc, entraîneur de l'Olympique lyonnais


L’ancien champion du monde s’est ensuite attaché à défendre le recrutement du Croate sur le plan sportif "pour moi c'est une bonne recrue pour l'OL comme joueur. Il peut apporter de l'expérience parce qu'il en a beaucoup". Englué dans ses problèmes sportifs, avec sa 8e place au classement de la Ligue 1, l’OL se serait sûrement bien passé d’une telle polémique. 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut