(Photo Hadrien Jame)

"Liberté" plutôt que "surveillance", Perrin-Gilbert va s'abstenir sur l'élargissement de la vidéo-verbalisation

La vidéo-verbalisation va être étendue à l'ensemble des voies couvertes par les caméras de vidéo-surveillance de la ville de Lyon. Mais des voix dissonantes se font entendre au sein de la majorité de l'écologiste Grégory Doucet, à Lyon.

Les écologistes passent la vitesse supérieure en terme de vidéo-verbalisation. Expérimenté sur certains quartiers de la ville depuis 2019, et initié par la précédente majorité, le dispositif va être largement élargi. Une délibération est proposée au conseil municipal de Lyon, ce jeudi 5 juillet, visant à étendre la démarche de vidéo-verbalisation sur l'ensemble des voies couvertes par les caméras de la vidéo-surveillance de la ville de Lyon jusqu'au 31 décembre 2026.

Lyon Cap' a consacré un sujet à ce projet de délibération, à lire ici.

Le débat autour de cette délibération aura lieu ce jeudi après-midi mais en préambule du conseil municipal de Lyon, ce jeudi matin, l'adjointe au maire de Lyon en charge de la culture, Nathalie Perrin-Gilbert, a d'ores et déjà annonce qu'elle et son groupe "Lyon en Commun" (6 élus), membres de la majorité de Grégory Doucet, s'abstiendront sur le vote de cette délibération.


"Nous répondrons toujours une société de liberté contre une société de surveillance"

Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe au maire de Lyon en charge de la culture


"Nous nous abstiendrons sur le projet de délibération concernant la vidéo-verbalisation", a expliqué Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe à la culture à la Ville de Lyon.

"Quelle société nous souhaitons co-construire ? A cette question, nous répondrons toujours une société de liberté contre une société de surveillance", a ajouté l'ancienne maire du 1er arrondissement de Lyon (entre 2001 et 2020).

Dans son projet de délibération, la Ville de Lyon indique que la vidéo-verbalisation est "un des moyens d'action, qui s'intègre dans la réflexion globale relative à l'apaisement des voies et des espaces publics, développée et mise en oeuvre par la collectivité. Elle a pour but de mieux faire cohabiter les différents usages de l'espace public, de limiter les nuisances sonores en particulier la nuit, d'optimiser les déplacements des transports collectifs, de sécuriser les mobilités piétonnes et cyclables et de faciliter les interventions des véhicules d'urgence et de secours".

Répondant à une question d'un habitant lundi 4 juillet lors d'une réunion publique sur le projet d'apaisement de la Presqu'île, Grégory Doucet a confirmé l'élargissement de la vidéo-verbalisation "sur l'ensemble de la ville" "ce qui va nous permettre de pouvoir sanctionner un certain nombre de contrevenants". "On est bien engagés à la fois dans un équilibre entre à la fois réaménager les espaces publics pour favoriser certains comportements et en même temps on n'a pas peur dans certaines situations de développer des outils qui visent à sanctionner des contrevenants", conclut le maire écologiste de Lyon.

"Je fais de la tranquilité publique une priorité", a martelé mercredi 6 juillet Grégory Doucet lors d'un point presse dédié à la sécurité, en amont du conseil municipal de jeudi de 7 juillet.

Lire aussi : Sécurité : Grégory Doucet fait de la "tranquilité publique" à Lyon "une priorité"

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut