Photo d’illustration d’un loup. (Photo de Kena Betancur / AFP)

Le loup percuté en mai dans la Loire était de lignée italo-alpine

Le loup percuté en mai dernier à Saint-Martin-d'Estréaux (Loire), avait quitté sa meute pour chercher un nouveau territoire ou un partenaire pour se reproduire.

Retrouvé sans vie dans la nuit du 11 au 12 mai dernier, le loup qui avait été accidentellement percuté par une voiture sur la départementale 51, à Saint-Martin-d'Estréaux (Loire), vient d'être identifié.

Les personnels du service départemental de l'Office de français de la biodiversité (OFB), qui  avaient pris en charge la dépouille de l'animal, ont rendu public les résultats génétique : il s'agit d'un loup de lignée italo-alpine.

L'hypothèse la plus plausible, "au vu de la période à laquelle s'est déroulé cet événement, du lieu, de l'absence de prédation ou d’indices dans un large périmètre inter-départemental" est que le loup était "en phase de dispersion".

Autrement dit, ce loup avait quitté la meute pour chercher un nouveau territoire ou une partenaire pour se reproduire, explique la préfecture de la Loire.

De l'avis des spécialises, cela expliquerait la présence isolée du loup, loin des zones de présences permanentes connues. "Les loups peuvent séjourner plusieurs mois dans un secteur avant de le quitter", souligne la préfecture.

À ce stade, cet événement dans la Loire ne permet pas d'affirmer que le loup s'installe dans le département, aucune activité n'ayant été observée avant 2018.

Les services de l'OFB se montrent tout de même suspicieux et poursuivent avec les services de la direction départementale des territoires une surveillance dans le cadre de la cellule veille loup mise en place par le département.

297 loups de plus en France en 2022 qu'en 2021

Cette découverte n'est pas la première dans la région Auvergne-Rhône-Alpes puisqu'en mars 2022, un loup avait été retrouvé mort sur l'A43, à Saint Priest , pour des raisons similaires. Toujours en mars, un loup a été abattu dans la nuit du 7 au 8 mars, suite à une série d'attaques sur la commune drômoise de Gigors-et-Lozeron lors des douze derniers mois (lire ici). Il s'agissait du deuxième loup abattu dans la Drôme depuis le début d'année 2022

Dimanche 4 septembre dernier, un canidé a été fauché par une voiture et retrouvé mort sur la commune de Torcieu dans le Bugey (lire ici).

En avril 2021, un grand canidé sauvage avait déjà été observé et même photographié dans le Rhône, à Chambost-Allières. Le cliché avait alors été transmis à l'Office français de la biodiversité qui a authentifié cette observation comme étant celle d'un loup gris, une première depuis un siècle.

À l'issue de l'hiver 2021-2022, la population de loups en France est estimée à 921 individus selon l'Office de France de la biodiversité, une estimation en augmentation puisque 624 loups gris étaient recensés en 2020-2021.

 

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut