Benjamin Massello – Unsplash

La Région Auvergne-Rhône-Alpes souhaite l'entrée d'un résistant apatride au Panthéon

Tout comme la mairie de Valence, la région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé sa volonté de transférer les cendres du résistant arménien, puis apatride, Missak Manouchian au Panthéon.

Il y a 78 ans jour pour jour, les Nazis allemands exécutaient le résistant Missak Manouchian. À cette occasion, la région Auvergne-Rhône-Alpes rejoint le Comité de soutien au résistant arménien, piloté par la mairie de Valence. Ce comité vise à faire rentrer au Panthéon les cendres de Missak Manouchian. Une tribune est publiée à ce sujet dans Libération le 13 janvier 2022, et est signée par une dizaine de personnalités.

Un symbole de la résistance

Rescapé du génocide arménien et immigré résistant, Manouchian est assassiné par les Nazis le 21 février 1944, au fort du Mont-Valérien, à l'ouest de Paris. Considéré comme un symbole de la résistance par les historiens, Missak Manouchian forme, lui aussi, le "long cortège d'ombres célébré par André Malraux lors de la panthéonisation de Jean Moulin", estime un communiqué de la Région. Effectivement, après avoir fui l'Arménie, le poète s'engage dans la résistance en 1941. Il intègre ensuite les "Francs-tireurs et partisans, Main-d'œuvre immigrée" en 1943, une unité de la résistance qui luttait contre l'occupant nazi.

Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, estime que "les stigmates de la barbarie nazie sont encore bien présents que ce soit à Izieu, à Lyon ou dans le Vercors. À l’heure où les témoins de cette période sont de moins en moins nombreux, il est de notre devoir de faire vivre cette mémoire et de transmettre aux jeunes générations le souvenir de ces héros qui sont tombés pour défendre la France et la Liberté".

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut